Le pédophile gracié par erreur au Maroc retourne en prison en Espagne

le
1
Le pédophile gracié par erreur au Maroc retourne en prison en Espagne
Le pédophile gracié par erreur au Maroc retourne en prison en Espagne

Sa liberté aura été de courte durée. Le pédophile espagnol Daniel Galvan, gracié par erreur par le roi du Maroc, puis arrêté lundi en Espagne, retourne en prison «préventivement», a annoncé mardi à la mi-journée la justice espagnole. Le juge a invoqué «un risque de fuite» de la part de l'homme, condamné en 2011 à trente ans de prison au Maroc pour des viols commis sur onze mineurs, dont la grâce annoncée le 30 juillet avait provoqué une vague de colère à travers le royaume.

La justice espagnole va désormais devoir se prononcer sur une possible extradition vers le Maroc. Une procédure qui a peu de chances d'aboutir, aucun traité ne prévoyant l'extradition de ressortissants Espagnols vers le Maroc et inversement.

Homme au passé trouble (lire encadré), Daniel Galvan, un homme de 63 ans condamné en 2011 au Maroc à 30 ans de prison pour des viols sur onze mineurs, a été arrêté lundi dans un hôtel de Murcie, dans le sud-est de l'Espagne, en vertu d'un mandat d'arrêt international lancé le même jour par le Maroc. Ce pays réclame l'extradition de Daniel Galvan, après l'avoir gracié la semaine dernière, semble-t-il par erreur. Cette mesure annoncée par le roi Mohammed VI avait soulevé une vague d'indignation dans le pays, qui a conduit le souverain à annuler dimanche cette grâce et à révoquer ce lundi Hadid Benhachem, le directeur de l'administration pénitentiaire. Cette grâce, qui revêt un «caractère exceptionnel», est motivée par «la gravité des crimes commis et le respect du droit des victimes», a indiqué le Palais royal.

VIDEO. Espagne: arrestation du pédophile gracié au Maroc

L'Espagne a demandé au Maroc le transfert du pédophile

Comment cet Espagnol, condamné, a-t-il pu être gracié par le roi du Maroc ? Le gouvernement espagnol indique qu'il a proposé au Maroc 48 noms de prisonniers, parmi lesquels «une liste de 18 en demandant à ce qu'ils soient graciés et une autre de 30 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le lundi 5 aout 2013 à 19:43

    Qu'on l'enferme à vie et qu'il soit violé tous les jours !