Le PDG de Radio France convoqué jeudi par Fleur Pellerin

le
5
LA GRÈVE VA SE POURSUIVRE JEUDI À RADIO FRANCE
LA GRÈVE VA SE POURSUIVRE JEUDI À RADIO FRANCE

PARIS (Reuters) - Le président de Radio France Mathieu Gallet est convoqué jeudi par la ministre de la Culture Fleur Pellerin pour préciser l'ensemble de son projet stratégique pour le groupe public, paralysé depuis deux semaines par un mouvement de grève, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement.

Ce plan stratégique doit permettre d'orienter les décisions du gouvernement dans le cadre du contrat d'objectifs et de moyens 2015-2019 qu'il doit conclure avec le groupe public, qui prévoit un déficit de 21,3 millions d'euros cette année.

Fleur Pellerin "a convoqué Mathieu Gallet demain matin pour préciser l'ensemble du projet stratégique qu'il a envoyé ce matin" au ministère, a déclaré Stéphane Le Foll lors du compte rendu du conseil des ministres.

"Il y a des inspections en cours sur des sujets évoqués ici ou là", a-t-il ajouté. "Pour l'instant, les choses doivent aller à leur terme, le travail est engagé".

Interrogé sur l'avenir de Mathieu Gallet à la tête du groupe, il a répondu : "A partir du moment où on est à la tête de Radio France, il faut assumer ses responsabilités, cela fera partie de la discussion de demain avec la ministre de la Culture".

Nommé par le Conseil supérieur de l'audiovisuel en février 2014, le président de Radio France a été affaibli mi-mars par des révélations sur les frais de rénovation de son bureau.

Il a présenté la semaine dernière ses excuses au personnel des radios du groupe, affirmant une nouvelle fois que la décision avait été prise fin 2013, avant son arrivée à la tête de la "maison ronde".

DÉFAILLANCES

Dans un courrier adressé mercredi au personnel du groupe, Mathieu Gallet indique qu'il se tient "à la disposition" de Fleur Pellerin "pour expliquer et défendre les propositions qui sont développées dans ce projet qui vise à transformer Radio France pour conforter et pérenniser la radio publique".

Les syndicats, qui redoutent un plan de départ de plusieurs centaines de personnes, ont décidé mercredi de reconduire la grève jeudi, pour le 15e jour consécutif.

Le Syndicat national des journalistes (SNJ), qui n'est pas associé au mouvement de grève actuel, a appelé à un arrêt de travail massif vendredi.

En pleine grogne sociale, la Cour des comptes a publié mercredi un rapport dans laquelle elle invite le groupe public à corriger des "défaillances" de gestion qui ne sont "pas acceptables" face à une situation financière critique.

Elle préconise également la fusion des rédactions de Radio France, une option écartée par Mathieu Gallet qui a estimé qu'elle ne correspondait pas à sa "vision du pluralisme de l'information et de la complémentarité des antennes de Radio France".

Le chiffre d'affaires de Radio France, qui est détenue à 100 % par l'État, provient à 90 % du produit de la redevance.

(Elizabeth Pineau et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1381832 le mercredi 1 avr 2015 à 16:02

    Radio France est en quasi-faillite et . La seule solution c'est une réduction drastique du Service Public de l'Audiovisuel avec comme but UNE SEULE CHAINE DE RADIO TV PUBLIQUE mais nos gouvernants bobos de gauche de Mathieu Gallet à Fleur Pellerin n'ont aucune envie de se mettre à dos le personnel de ces médias publics qui nous abreuvent de leur idéologie égalitaire alors qu'ils sont gavés de privilèges.

  • dotcom1 le mercredi 1 avr 2015 à 15:13

    Parachuté PDG il y a un an, il ne sert que de bouc-émissaire pour masquer l'incapacité du gouvernement à réformer ce mammouth.

  • M4630859 le mercredi 1 avr 2015 à 14:56

    Le groupe Radio France a vu les dépenses de ses antennes nationales augmenter de 30% entre 2004 et 2013. Le budget de France Inter, le premier du groupe, a progressé de 22,2% passant de 43,3 millions à 52,8 millions d’euros. Cette progression des effectifs s’explique par l’embauche de journalistes mais également d’intermittents. Au cours des dix dernières années, la masse salariale du groupe a gonflé de 47,1%

  • M4630859 le mercredi 1 avr 2015 à 14:53

    650 millions d'euros, c'est ce que apparament nous coûte tous les ans radio France. C'est un service public, en a t-on vraiment besoin, faut-il privatisé ?

  • M7097610 le mercredi 1 avr 2015 à 14:17

    a vendre