Le PCF réclame un moratoire sur les licenciements

le
1
Le PCF réclame un moratoire sur les licenciements
Le PCF réclame un moratoire sur les licenciements

PARIS (Reuters) - Le Parti communiste français appelle le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, à imposer un moratoire sur les plans sociaux jusqu'à l'entrée en fonction de la nouvelle Assemblée nationale, en juin face à la menace présumée de licenciements massifs.

Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche, avait déjà demandé au gouvernement de prendre des mesures d'urgence pour soutenir les salariés d'une vingtaine d'entreprises emblématiques en France.

Le PCF estime que les projets de plans sociaux, passés sous silence pendant la campagne électorale, se précisent avec 3.000 emplois en ligne de mire à Air France, 3.000 également à PSA-Aulnay, 3.000 encore à Carrefour, 10.000 dans toute la filière de la grande distribution.

Dans un communiqué, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, ainsi que Nicole Borvo Cohen-Seat et Roland Muzeau, présidents des groupes CRC au Sénat et à l'Assemblée citent encore Fralib, Nouvelles Frontières, ArcelorMittal, Petroplus et SeaFrance.

"Il nous paraît inacceptable que le gouvernement assiste impuissant à ces destructions massives de l'emploi industriel français alors que les Français ont exprimé avec force leur volonté de mettre un coup d'arrêt à ce gâchis", écrivent-ils.

Outre un moratoire, le PCF demande l'inscription en priorité à l'ordre du jour de la rentrée parlementaire d'un débat sur les mesures anti-licenciements dès le début de la session.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le jeudi 24 mai 2012 à 19:56

    C'est tout bénéf pour MLP.