Le patronat français lance un appel à Hollande et Valls

le
13
LE PATRONAT LANCE UN APPEL PRESSANT À HOLLANDE ET VALLS
LE PATRONAT LANCE UN APPEL PRESSANT À HOLLANDE ET VALLS

PARIS (Reuters) - A une semaine de la conférence sociale des 7 et 8 juillet, les organisations patronales appellent François Hollande et Manuel Valls à conforter les mesures en faveur des entreprises pour permettre à la France de renouer avec la croissance économique.

Les dirigeants du Medef, de la CGPME, de l'UPA, de la FNSEA, de l'UNAPL, de l'Afep, de Croissance Plus et de l'Asmep-ETI poussent "un cri d'alarme de citoyens français inquiets pour l'avenir de leur pays", dans cet appel au chef de l'Etat et au Premier ministre publié dans Le Journal du Dimanche.

Ils leur demandent d'inscrire dans la loi la trajectoire de baisse du coût du travail et de la fiscalité sur trois ans, de modifier les décrets sur la pénibilité et les règles limitant le travail à temps partiel, ainsi qu'un moratoire sur toute nouvelle mesure législative contraignante et une baisse "rapide et durable" des dépenses publiques.

"Il nous faut désormais assumer, dans l'action, une politique en faveur de la croissance et de l'emploi, donc des entreprises et de leurs salariés", écrivent-ils. "Il faut accepter de regarder enfin les blocages structurels, de toucher à des tabous ou des dogmes, de moderniser, de capitaliser sur les fonctionnaires et leur envie de faire."

Certaines de ces organisations ont menacé de ne pas participer à la conférence sociale, pour protester notamment contre les contraintes liées à la prise en compte de la pénibilité du travail, suscitant une mise en garde de la CFDT.

"S'il ne participent pas au sommet social, il faudra mettre fin au pacte de responsabilité", qui baisse le coût du travail pour les entreprises, a dit vendredi le numéro un du syndicat réformiste, Laurent Berger.

(Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.voyant le dimanche 29 juin 2014 à 15:13

    Le patronat se joint aux SDF et aux chômeurs pour lancer tous ensemble un appel à Hollande!

  • caogan77 le dimanche 29 juin 2014 à 13:08

    jeanet si quelqu'un doit ouvrir les yeux j'ai bien peur que ca ne soit pas mucius... il faut vraiment que vous fassiez un effort pour comprendre l'économie et la concurrence dans un monde ouvert ! sinon on arrivera à rien.

  • caogan77 le dimanche 29 juin 2014 à 13:05

    lechypre "distribuer les richesses"... vous voyez ca comment ? il a un grand sac et jette de pièces ou des billets à la populace en liesse ?

  • mucius le dimanche 29 juin 2014 à 12:51

    Augmenter les salaires = nos entreprises seront encore moins compétitives et notre déficit commercial s'aggravera et le taux de chomedu avec. Il se trouve encore des crétins pour tenir ce genre de propos...

  • mucius le dimanche 29 juin 2014 à 12:49

    Pas de baisses des salaires, des prestations sociales et du nombre de foncs etc... ==> on s'enfonce un peu plus collectivement vers un niveau de vie soviétique. Et si tous ceux qui en profitent refusent de céder (ou pire veulent spolier encore plus les productifs) eh bien ça ira encore plus vite. Mais faisons confiance aux foncs et aux glandeurs, ils vont s'accrocher avec l'aide du tout-mou-qui-fout-rien-depuis-2-ans et nous mettre en faillite.

  • lechypre le dimanche 29 juin 2014 à 12:48

    Augmenter les salaries, pas les patrons qui ne redistribuent pas la richesse et qui ne cré aucun emploi. Urgent!!!

  • jean-648 le dimanche 29 juin 2014 à 12:39

    la baisse du coût du travail on sait ce que cela veut dire: - 20% du salaire, et moins de vacances et de jours fériés. Et même la FNSEA s'y met. C'est evident les agriculteurs sont bien trop payés.

  • fred1903 le dimanche 29 juin 2014 à 12:27

    DES PAVETS ET DES CAILLOUX a lancer pour faire un peu bouger les choses.

  • caogan77 le dimanche 29 juin 2014 à 12:13

    vous parlez des socialo Wanda6 ? c vrai qu'on a pas grand chose à attendre d'eux à part de toucher le fond et espérer remonter ensuite.

  • wanda6 le dimanche 29 juin 2014 à 12:03

    les peuples prennent en pleine figure les effets d'une économie sans contrôle, des responsables de cette crise ont convaincu les gens que tout cela est de leur faute. On ne demande pas aux pyromanes d'éteindre l'incendie !