Le patronat conteste la création d'une «taxe carbone»

le
0
Le président a promis un système «juste, efficace». Pierre Gattaz, président du Medef, a déploré «une taxe de plus et une fiscalité en ­hausse, ce qui est totalement ­contre-productif».

Très attendu, le discours de François Hollande n'a pas levé les doutes sur l'épineuse et complexe question de fiscalité écologique. Le chef de l'État a bel et bien confirmé la création d'une contribution climat-énergie (CCE), mais sans en décrire le mécanisme précis. Ni démontrer comment son coût - important à terme - pour les Français serait compensé.

Ce dispositif «consistera à calculer une partie du montant des taxes sur les produits énergétiques en fonction de leur teneur en CO2», a-t-il, sans surprise, indiqué dans la lignée des préconisations de l'économiste Christian de Perthuis en juillet. Cette CCE arrive quatre ans après la taxe imaginée par Nicolas Sarkozy, retoquée par le Conseil constitutionnel parce que son objectif de lutte contre le changement climatique ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant