Le patronat argentin accepte un gel temporaire des licenciements

le
0
    BUENOS AIRES, 23 novembre (Reuters) - Le patronat argentin a 
accepté mercredi de ne pas licencier de salariés sans motif 
valable jusqu'à mars 2017, alors que la grogne sociale monte 
dans le pays dans un contexte de récession et de forte 
inflation.  
    Les représentants des employeurs ont signé cet accord avec 
la plus grande confédération syndicale du pays lors d'une 
rencontre organisée sous les auspices du gouvernement.  
    Les premières statistiques officielles sous la présidence du 
libéral Mauricio Macri, arrivé au pouvoir en décembre dernier, 
ont fait état d'un taux de chômage à 9,3% au deuxième trimestre 
2016. Les chiffres diffusés sous Cristina Fernandez, qui l'a 
précédé à la présidence, n'ont pas été conservés en raison de 
soupçons de manipulation. 
    Depuis sa prise de fonction, Mauricio Macri a lancé des 
réformes favorables aux marchés après une décennie 
d'interventionnisme étatique qui a fait fuir les investisseurs 
étrangers de la troisième économie d'Amérique latine.  
    Mais l'investissement n'est pas arrivé aussi vite que prévu 
et l'économie argentine devrait se contracter cette année de 
1,5%, alors que le taux d'inflation est prévu à environ 40%. 
    Des dizaines de milliers d'Argentins ont défilé vendredi 
dernier à Buenos Aires pour réclamer une action du gouvernement 
en faveur des plus pauvres.  
 
 (Maximiliano Rizzi; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant