Le patronat allemand réclame un allègement des charges

le
1

BERLIN, 13 mars (Reuters) - Les principales associations patronales de l'industrie allemande ont demandé vendredi à la chancelière Angela Merkel de décréter un "moratoire" sur les charges qui pèsent sur les entreprises du secteur privé. La Confédération des associations patronales (BDA), celle des industries allemandes (BDI), l'Association des chambres de commerce et d'industrie ainsi que l'Union centrale de l'artisanat allemand (ZDH) souhaitent également que le gouvernement de coalition relance l'investissement public dans les projets d'infrastructure. Le gouvernement réunit depuis les élections de 2013 les chrétiens démocrates d'Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD. Ces derniers, en échange de leur participation, ont exigé des réformes sociales comme l'introduction d'un salaire minimum. Pour les patrons allemands, les réformes ont inutilement alourdi les contraintes bureaucratiques qui pèsent sur leur activité. "Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est d'un moratoire sur les charges", soulignent-ils dans un communiqué commun. "Le salaire minimum empiète sur les négociations collectives et constitue un obstacle à l'embauche." Ils réclament aussi le maintien des allègements fiscaux lors des successions dans les entreprises familiales. (Gernot Heller, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le vendredi 13 mar 2015 à 16:51

    Ce qu'il leur faut, ce sont des esclaves sous payés avec un complément de salaire payé par les impôts pour que ces esclaves puissent consommer. C'est également ce que demande le patronat français et leurs relais dans les médias.