Le patronat accepte une taxation des contrats courts

le
0
LE PATRONAT ACCEPTE UNE TAXATION DES CONTRATS COURTS
LE PATRONAT ACCEPTE UNE TAXATION DES CONTRATS COURTS

PARIS (Reuters) - Le patronat français a accepté vendredi de discuter d'un renchérissement des contrats courts pour enrayer leur explosion, ouvrant la voie à un accord aux négociations sur une réforme du marché du travail qui doivent se conclure dans la journée.

Le dernier projet d'accord soumis aux syndicats par le Medef, la CGPME et l'UPA (artisans) prévoit ainsi de porter les cotisations employeurs à l'assurance chômage de 4 à 7% pour les contrats d'une durée inférieure à un mois et à 5,5% pour ceux d'une durée comprise entre un et trois mois.

Ne sont pas concernés toutefois "les CDD de remplacement", les contrats saisonniers ainsi que le CDD d'un salarié qui est ensuite embauché en CDI.

En échange, un contrat à durée indéterminée conclu pour l'embauche d'un jeune de moins de 26 ans serait exonéré de ces mêmes cotisations d'assurance chômage pendant une durée de trois mois, "dès lors qu'il se poursuit au-delà de la période d'essai".

Les syndicats réformistes, la CFDT en tête, ont fait d'un renchérissement des contrats de travail courts, dont le nombre a fortement augmenté depuis le début de la crise, une condition sine qua non de leur feu vert à un accord qui doit permettre d'apporter plus de sécurité au parcours professionnel des salariés en même temps que plus de flexibilité aux entreprises.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant