Le patron du Credit suisse : "Mes employés fraudent, pas moi !"

le
0
Brady Dougan, patron du Credit suisse.
Brady Dougan, patron du Credit suisse.

Après l'UBS, en 2009, condamnée à verser une amende de 780 millions de dollars et à transmettre l'identité de 4 450 fraudeurs américains, c'était au tour du Credit suisse, la deuxième banque helvétique, de s'expliquer mercredi devant la sous-commission permanente d'enquête du Sénat américain, présidée par le démocrate Carl Levin. Selon le rapport de 176 pages de cette sous-commission d'enquête, le Credit suisse a aidé, sinon encouragé, pendant des années plus de 22 000 Américains à cacher leur argent en Suisse pour des montants compris entre dix et douze milliards de dollars. Les salariés de la banque se rendaient régulièrement sept à dix jours aux États-Unis, non pour faire du tourisme mais pour rencontrer en moyenne 32 clients fortunés. "L'équipe de direction de Credit suisse regrette très profondément que, malgré les mesures de conformité de plus haut niveau mises en place, nous ayons eu quelques banquiers de l'activité de banque privée basés en Suisse qui semblent avoir violé la loi américaine", déclare le plus sérieusement du monde Brady Dougan, 55 ans, directeur général du Credit suisse depuis 2007. Le patron de la banque suisse ajoute : "Ces personnes ont intentionnellement violé notre politique interne et l'ont dissimulé à la direction." Pour Brady Dougan, fils de cheminots américains, "les banques suisses ne peuvent gérer que des fortunes déclarées. Le contraire serait inacceptable". En clair, les banques helvétiques...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant