Le patron du Crédit mutuel appelle Arkéa à rentrer dans le rang

le
0
    par Gilbert Reilhac et Julien Ponthus 
    STRASBOURG/PARIS, 27 mai (Reuters) - Le nouvel homme fort du 
Crédit mutuel a appelé vendredi les fédérations de Bretagne, du 
Sud-Ouest et du Massif central à  cesser une "querelle absurde" 
et à renoncer à leur volonté d'indépendance. 
    "Je les appelle à reprendre toute leur place au sein de la 
confédération nationale pour que de nouveau nous puissions 
travailler ensemble", a déclaré Nicolas Théry dans son rapport 
moral présenté à l'assemblée générale de la Fédération du Crédit 
mutuel Centre-Est-Europe. 
    "Les guerres fratricides mènent à l'échec. Mettons un terme 
à une querelle absurde et reprenons une vie collective normale", 
a proposé Nicolas Théry, qui a remplacé le dirigeant historique 
Michel Lucas à la tête du CM11-CIC, qui regroupe 11 des 18 
fédérations régionales du groupe bancaire mutualiste. 
    Rassemblées au sein du groupe Crédit mutuel Arkéa basé à 
Brest, les fédérations dissidentes ont demandé l'ouverture de 
négociations afin d'obtenir leur indépendance via la création de 
leur propre organe central tout en conservant la marque Crédit 
mutuel pour leur banque de détail dans leur région historique.   
    Cette demande est pour l'heure jugée inacceptable. 
    "Nous sommes la banque préférée des Français qui savent que 
notre marque n'est pas une vague appellation mais bien une 
marque qui tient ses promesses", a déclaré Nicolas Théry, qui 
préside aussi la Confédération nationale du Crédit mutuel 
(CNCM).  
    Crédit mutuel Arkéa a formulé des propositions début mai à 
Nicolas Théry afin de "permettre la reconnaissance de 
l'existence de deux groupes bancaires autonomes et concurrents 
sur l'ensemble de leurs métiers", une initiative qui n'a pas 
débouché sur de véritables négociations. 
     
    "PARI PERDANT"  
    S'ils partagent actuellement la marque Crédit mutuel, Crédit 
mutuel Arkéa et CM11-CIC n'en sont pas moins rivaux. 
    Les agences du CIC, détenu par CM11-CIC, concurrencent 
celles du Crédit mutuel Arkéa sur ses bastions régionaux. Mais 
cette opposition se fait aussi sur le front de la banque en 
ligne avec Monabanq pour le CM11-CIC et Fortuneo pour Crédit 
mutuel Arkéa. 
    Le différend remonte à plusieurs années et a été marqué 
notamment par une saisie de l'Autorité de la concurrence et une 
plainte déposée en octobre 2014 par Arkéa pour "prise illégale 
d'intérêts" visant la manière dont la CNCM remplit sa mission 
d'organe central. 
    Crédit mutuel Arkéa estime que l'organe de tutelle du groupe 
est indirectement contrôlé par ses rivaux et souhaite s'en 
affranchir.     
    Pour Nicolas Théry, le nouvel environnement financier dans 
lequel évoluent les banques joue contre les velléités 
d'indépendance d'Arkéa.  
    "Il y a cinq ans, quand il y avait encore des gains de 
transformation financière, on pouvait imaginer qu'une banque de 
taille moyenne réussisse. Dans un monde de taux négatifs, un 
pari de ce type est perdant", a-t-il estimé, ajoutant que les 
employés d'Arkéa seraient perdants dans une telle opération. 
    "Crédit mutuel Arkéa maintient sa position qui vise à 
défendre son autonomie et reste ouvert et constructif afin de 
trouver une issue durable et apaisée, respectueuse des intérêts 
de chacun", a dit une porte-parole d'Arkéa.  
     
    Voir aussi : 
    * ANALYSE-Guerre de tranchées sans issue en vue au Crédit 
mutuel   
    * Crédit Mutuel-Lucas passe la main, Arkéa vote contre la 
réforme   
     
 
 (Edité par Dominique Rodriguez) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant