Le patron de Telecom Italia part sous la pression de Vivendi

le
0
    * Telecom Italia confirme le départ de Marco Patuano 
    * L'action gagne 3,5% dans l'anticipation d'une refonte 
stratégique sous la houlette de Vivendi 
    * La Repubblica évoque un rapprochement Vivendi-Mediaset 
 
    par Agnieszka Flak  et Giancarlo Navach 
    MILAN, 21 mars (Reuters) - Telecom Italia  TLIT.MI  a 
confirmé lundi négocier le départ de son administrateur délégué 
Marco Patuano, qui était sous pression depuis plusieurs semaines 
en raison de divergences stratégiques avec Vivendi  VIV.PA , le 
principal actionnaire de l'opérateur télécoms italien. 
    Le titre Telecom Italia gagnait autour de 3,5% à la Bourse 
de Milan vers 9h30 GMT, le marché pariant sur une refonte 
radicale du groupe lourdement endetté sous la houlette de son 
actionnaire français.   
    Des sources avaient indiqué à Reuters samedi que Marco 
Patuano, âgé de 51 ans, avait remis une lettre de démission 
après des semaines de spéculations sur son avenir au sein du 
groupe alors que Vivendi a récemment porté sa participation à 
24,9%, juste en dessous du seuil des 25% qui l'obligerait à 
lancer une offre publique d'achat.   
    Les conjectures sur les ambitions italiennes de Vincent 
Bolloré, le président du conseil de surveillance de Vivendi, 
sont aussi alimentées lundi par un article du journal La 
Repubblica évoquant un "accord de principe" sur un échange de 
participations entre Vivendi et le groupe de télévision Mediaset 
 MS.MI . 
    Cet accord permettrait à Canal+, la filiale de télévision 
payante du français, de prendre le contrôle des chaînes de 
Mediaset Premium et les deux sociétés produiraient ensemble des 
contenus pour contrer l'offensive de Netflix  NFLX.O  en Europe 
du sud, selon le quotidien. 
    L'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, dont la 
famille contrôle Mediaset, a dit sur une radio privée qu'il 
était au courant de l'intérêt de Vivendi pour une possible 
coopération dans les contenus mais "pas pour Mediaset" 
    Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès 
de Mediaset et de Vivendi. 
    Des analystes et banquiers ont prêté l'intention à Vivendi, 
qui dispose d'un trésor de guerre de 6,4 milliards d'euros, de 
prendre le contrôle de Mediaset et même de fusionner avec 
Telecom Italia. 
     
    CONSEIL D'ADMINISTRATION MARDI ? 
    Dans un communiqué publié en début de journée, l'opérateur 
télécoms italien a dit être en "négociations avancées" avec son 
administrateur délégué en vue de son départ.  
    Marco Patuano n'a pas encore présenté formellement sa 
démission, a ajouté le groupe. 
    Selon une source, Telecom Italia pourrait réunir dès mardi 
son conseil d'administration pour demander à son président, 
Giuseppe Recchi, d'assumer les fonctions d'administrateur 
général jusqu'à la nomination du successeur de Marco Patuano. 
    Des sources avaient indiqué précédemment que Flavio 
Cattaneo, actuellement à la tête du groupe ferroviaire italien 
NTV après avoir notamment dirigé la Rai, la télévision publique 
italienne, était pressenti pour le poste. 
    Flavio Cattaneo siège au conseil de Telecom Italia et aussi 
à celui de l'assureur Generali  GASI.MI , où Vincent Bolloré est 
également influent. 
    Marco Patuano avait des relations tendues avec Vivendi 
depuis l'arrivée du groupe de médias français au capital de 
Telecom Italia en juin dernier. 
    Patuano et son actionnaire s'opposaient notamment, selon des 
sources, sur l'ampleur des réductions de coûts et sur le sort de 
la filiale brésilienne de Telecom Italia, TIM Participações 
 TIMP3.SA , que Vivendi aimerait voir mise en vente alors que 
l'administrateur délégué la considérait comme un actif 
stratégique. 
 
 (Véronique Tison pour le service français, édité par Marc 
Angrand) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant