Le patron de la filiale qatarienne de Vinci s'explique

le
1
Le patron de la filiale qatarienne de Vinci s'explique
Le patron de la filiale qatarienne de Vinci s'explique

Mis en cause par l'association Sherpa, le directeur général de la filiale qatarienne de Vinci, QDVC, Yanick Garillon, réfute tout travail forcé et mise en servitude d'ouvriers sur les chantiers qu'il pilote. S'il ne souhaite pas s'exprimer sur le fait d'être nominativement visé par la plainte, il répond point par point aux critiques.

La confiscation des passeports des ouvriers. Pour le cadre dirigeant français du groupe Vinci, cette pratique est datée. « Dans le passé, nous gardions les passeports des ouvriers étrangers pour des questions de sécurité », explique Yanick Garillon. Plus précisément, il s'agissait « d'éviter que les ouvriers ne se fassent voler leurs papiers » s'ils les laissaient traîner dans leurs dortoirs collectifs. La donne aurait changé en janvier 2015, avec la construction d'un nouveau centre de vie pour ces manoeuvres. « Ils habitent désormais dans des chambres prévues pour 4 personnes. Chaque logement comporte un coffre-fort pour y laisser de manière sécurisée les papiers d'identité », assure-t-il. Les difficultés à retourner dans leurs pays d'origine ? « Non seulement ils récupèrent leur passeport lorsqu'ils souhaitent partir, mais on paie leur billet de retour » à l'issue de leur contrat.

Les semaines de 66 heures. « C'est impossible. La durée maximum du travail au Qatar est de 60 heures hebdomadaires », explique Yanick Garillon. Il confirme cependant que les ouvriers s'activent six jours par semaine pour 700 riyals (176,25 EUR) par mois, « hors heures supplémentaires ». « Nos ouvriers sont plutôt contents de travailler chez nous », avance-t-il avant d'admettre un traitement différencié pour les cadres, qui « ont le droit à un samedi libre tous les quinze jours. Les salariés du siège ont le droit à deux jours de repos par semaine ».

Les conditions de travail dangereuses. « QDVC emploie 3 000 personnes. Nous n'avons pas eu d'accidents mortels depuis quatre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4889263 le mardi 24 mar 2015 à 08:46

    C'est beau le capitalisme, c'est beau les émirats ... merci Vinci !