Le patron de la Bundesbank écarte une dévaluation de l'euro

le
9
LA BUNDESBANK CONTRE UNE DÉVALUATION DE L'EURO
LA BUNDESBANK CONTRE UNE DÉVALUATION DE L'EURO

BERLIN (Reuters) - Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, juge qu'une dévaluation de l'euro destinée à aider les exportations n'apporterait pas les bienfaits attendus.

Toute décision visant à affaiblir la monnaie unique serait susceptible d'être imitée par d'autres banques centrales, provoquant une "course à la dévaluation" qui ne produirait que des perdants, dit-il dans une interview au magazine allemand Focus rendue publique dimanche avant sa parution.

"La compétitivité ne peut être amenée par une dévaluation. Elle est générée par des entreprises avec des produits attractifs qui tiennent leurs marchés", fait valoir Jens Weidmann, considéré comme le plus "faucon" des membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne.

"Une économie forte peut aussi tolérer une monnaie forte."

Plusieurs pays de la zone euro, dont la France, plaident en faveur de discussions sur ce qu'ils appellent la vigueur excessive de l'euro lorsque le nouveau Parlement européen sera installé.

La BCE n'a pas de cible pour le taux de change de l'euro

qui se négocie actuellement autour de 1,35 dollar, contre 1,40 dollar début mai avant l'anticipation puis l'annonce par la BCE de mesures monétaires destinées à soutenir l'activité économique et à écarter les risques de déflation.

Le patron de la Bundesbank a précisé qu'il avait des réserves sur ces mesures mais qu'il les avait néanmoins approuvées, les estimant justifiées dans le contexte actuel d'inflation faible.

La BCE a décidé à l'unanimité, lors de sa réunion du 5 juin, de baisser ses taux directeurs, de porter son taux des dépôts en territoire négatif - une disposition inédite pour une grande banque centrale - et de lancer une nouvelle opération de refinancement à long terme à l'adresse des banques pour les encourager à prêter à l'économie.

Selon Jens Weidmann, le taux des dépôts négatif ne fera pas grand chose pour encourager le crédit dans les pays dits périphériques de la zone euro car "beaucoup d'entreprises ne demandent pas d'argent frais à cause de la faiblesse de l'économie."

Il a semblé par ailleurs exclure des rachats d'actifs par la banque centrale, après avoir déjà réaffirmé jeudi son opposition à des rachats d'obligations souveraines de la zone euro comme le prévoit le programme OMT de la BCE, toujours resté à l'état de projet depuis son annonce en 2012.

(Annika Breidthardt, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • spanouc le lundi 16 juin 2014 à 07:28

    E N F O I R é ! Il ne va pas dite le contraire ! L 'Euro Mark a été créé dans l'intérêt de l'Allemagne pays hautement exportateur à forte valeur ajouté en faisant surtout travailler les copains de l'EST payés 200 €/ mois ! Les autres pays de l'UE ne sous traitant pas énormément à l'EST ou dans les pays à bas coûts rongent leurs freins ! Il faut dévaluer l'euro de 20 points pour que la France retrouve sa compétitivité à l'export.

  • guerber3 le dimanche 15 juin 2014 à 18:20

    De quel droit parle-t-il de l' euro?...il dirige la banque d' Allemagne...!

  • ccondem1 le dimanche 15 juin 2014 à 17:25

    Quel âne, qui donne du (son) foin aux camistes pour remonter l'euro dès lundi ! Et à 1,50, l'Europe sera à genoux

  • wanda6 le dimanche 15 juin 2014 à 17:18

    http://www.upr.fr/actualite/europe/economiste-demissionnaire-bce-appelle-sortie-leuro-lue

  • wanda6 le dimanche 15 juin 2014 à 17:17

    http://www.upr.fr/videos/conferences-en-ligne/vincent-brousseau-upr-sortir-de-leuro-pourquoi-et-comment

  • Rei_Seki le dimanche 15 juin 2014 à 17:11

    Donc l'euro va continuer de s'apprécier, CQFD.

  • zwang12 le dimanche 15 juin 2014 à 17:04

    Il a tout-à-fait raison. Le franc CFA est une monnaie très faible. Les pays qui l'utilisent ne sont pourtant pas les champions de compétitivité.

  • gl060670 le dimanche 15 juin 2014 à 17:03

    non il n'a pas raison, une monnaie trop forte tue les exportations la compétitivité. exemple simple : à qualité équivalente, pourquoi acheter un produit plus cher en Europe qu'aux USA ?

  • jyth01 le dimanche 15 juin 2014 à 16:51

    Il a raison, c'est la combinaison innovation/qualité/ syndicats proactifs qui fait que l'on exporte, et non pas une baisse des prix dans une qualité médiocre...