Le patron de la Banque d'Angleterre soutient l'accord avec l'UE

le
0
MARK CARNEY, GOUVERNEUR DE LA BOE, SOUTIENT L'ACCORD ENTRE LA GRANDE-BRETAGNE ET L'UE
MARK CARNEY, GOUVERNEUR DE LA BOE, SOUTIENT L'ACCORD ENTRE LA GRANDE-BRETAGNE ET L'UE

LONDRES (Reuters) - Le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney a dit mardi être en faveur de l'accord conclu le mois dernier entre le gouvernement britannique et l'Union européenne visant à convaincre Londres à rester dans l'UE, sujet qui sera tranché lors d'un référendum organisé le 23 juin dans le pays.

Sans livrer de recommandation de vote à l'approche de cette échéance, Mark Carney a donné une appréciation positive du texte négocié par le Premier ministre britannique David Cameron.

Ce dernier a estimé que l'accord donnait "un statut spécial" à la Grande-Bretagne au sein de l'Union européenne, exhortant ses compatriotes à voter en faveur d'un maintien dans l'UE pour avoir "le meilleur des deux mondes".

"L'accord a traité des sujets que la Banque d'Angleterre a identifiés comme importants, étant donné la vraisemblable nécessité de la poursuite de l'intégration dans la zone euro, pour qu'elle puisse continuer à être en mesure de remplir ses objectifs", déclare Mark Carney dans une lettre envoyée aux élus du Parlement.

Cette lettre, datée du 7 mars, souligne que l'accord conclu en février prend acte de la nécessité pour la Grande-Bretagne de superviser son secteur bancaire et du fait que certains pays, dont la Grande-Bretagne, resteront en dehors de l'union bancaire de l'Union européenne.

Mark Carney a également évoqué l'engagement pris par certains membres de l'UE à améliorer la compétitivité de l'économie de la région, ce qui ne manquera pas de donner un coup de pouce à la croissance britannique.

Devant une commission parlementaire, le gouverneur de la Banque d'Angleterre a déclaré qu'une sortie du pays de l'UE serait néfaste à l'activité économique sur le court terme, tout en disant qu'il était difficile de prédire l'impact d'un "Brexit" sur l'inflation.

"Il pourrait y avoir de plus bas niveaux d'activité en raison d'un degré d'incertitudes susceptible de peser sur l'investissement et la consommation des ménages", a-t-il dit.

Mark Carney a ajouté que la Banque d'Angleterre ne prenait pas position sur les implications à long terme pour l'économie du pays d'une sortie de l'Union européenne.

Au cours de l'audition, Jacob Rees-Mogg, un membre eurosceptique du parti conservateur de David Cameron, a critiqué Mark Carney pour la publication, en octobre, par la Banque d'Angleterre d'un rapport donnant une appréciation positive de l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'Union européenne.

(Anna Nicolaci da Costa, Sarah Young et William Schomberg, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant