Le patron de FO ne regrette rien

le
0
Jean-Claude Mailly a justifié son bilan à la tête de FO depuis trois ans tout en fustigeant l'alliance CGT-CFDT qui vise, selon lui, à tuer la concurrence syndicale en France.

Envoyé spécial à Montpellier

Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de FO, a refait ce jeudi matin le film des trois dernières années en réponse aux 150 délégués qui se sont succédés depuis trois jours à la tribune de ce 22è congrès pour commenter le rapport d'activités de la confédération. Le patron du 3è syndicat français ne regrette rien. Vraiment rien. Ni d'avoir signé l'accord de modernisation du marché du travail début 2008 qui a créé les ruptures conventionnelles dont certains dénoncent avec la crise la dérive, notamment pour les seniors.

Ni d'avoir fait bande à part pendant le conflit sur les retraites ou sa critique constante et répétée d'une intersyndicale inefficace qui laisserait à penser que tous les syndicats pensent la même chose. «Oui à l'unité d'action quand c'est utile, non à l'unité syndicale quand elle ne se justifie pas», a-t-il rappelé. Jean-Claude Mailly ne regrette pas non plus de s'être opposé depuis 2008 aux no

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant