Le patron de Deutsche Telekom défend la performance de T-Mobile US

le
0
    DÜSSELDORF, 27 juin (Reuters) - Le président du directoire 
de Deutsche Telekom  DTEGn.DE  a salué la performance de sa 
filiale américaine T-Mobile US  TMUS.O  tout en refusant de 
commenter les nouvelles spéculations sur une éventuelle fusion 
dans le marché américain de la téléphonie mobile. 
    Deutsche Telekom a longtemps cherché un acquéreur pour 
T-Mobile US, qui représente l'essentiel de ses bénéfices et de 
sa croissance. L'opérateur allemand a notamment discuté par le 
passé avec Sprint  S.N , AT&T  T.N  et Dish  DISH.O , mais 
récemment, il a dit vouloir conserver le contrôle de sa filiale 
américaine. 
    "Nous sommes extrêmement performants aux Etats-Unis, avec 
une croissance à deux chiffres. Nous avons augmenté le nombre de 
nos abonnés, d'un million, pour un quatorzième trimestre 
d'affilée. L'activité américaine est supérieure à nos opérations 
en Europe et notre direction là-bas est fantastique", a déclaré 
Tim Höttges. 
    Ces commentaires ont été effectués devant la presse lundi 
soir, avant l'annonce de discussions sur un partenariat entre 
Sprint  S.N , le quatrième opérateur télécoms des Etats-Unis, et 
  les câblo-opérateurs américains Charter Communications 
 CHTR.O  et Comcast  CMCSA.O    
    En Bourse, l'action Deutsche Telekom a perdu jusqu'à 3,1% en 
matinée mardi avant de réduire ses pertes à 1,74% à 09h30 GMT. 
Il reste l'une des dix plus fortes baisses de l'EuroFirst 300 et 
est en queue de peloton de l'indice sectoriel européen des 
télécoms  .SXKP , en repli de 0,64% au même moment.    
    "La probabilité que cette transaction aboutisse a été 
lourdement affectée", a déclaré un trader basé à Francfort, 
faisant référence à un éventuel accord de fusion entre Sprint et 
T-Mobile US.  
    En cas d'accord avec les deux câblo-opérateurs américains, 
Sprint ne renoncerait pas pour autant à fusionner avec T-Mobile 
US, filiale à 64% de Deutsche Telekom, ont toutefois indiqué des 
sources lundi à Reuters. 
    Tim Höttges a refusé de répondre aux sollicitations de 
Reuters sur une éventuelle consolidation aux Etats-Unis, se 
contentant de déclarer que le marché américain était plus 
attractif qu'en Europe. 
    "Les conditions du marché américain sont clairement 
meilleures. Il existe des politiques cohérentes pour un marché 
unique de 330 millions de clients, alors qu'en Europe, nous ne 
pouvons pas le faire. Le marché est trop réglementé", a-t-il 
fait valoir.  
    En février, Reuters, citant des sources proches du dossier, 
avait rapporté que le conglomérat japonais Softbank  9984.T , 
maison mère de Sprint, était prêt à abandonner le contrôle de sa 
filiale américaine à T-Mobile US pour conclure un accord de 
fusion entre les deux opérateurs.   
 
 (Matthias Inverardi; Claude Chendjou pour le service français, 
édité par Bertrand Boucey) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant