Le patron d'EDF assure qu'il n'y aura pas de nouvelles suppressions d'emplois

le , mis à jour à 15:22
5
Le patron d'EDF assure qu'il n'y aura pas de nouvelles suppressions d'emplois
Le patron d'EDF assure qu'il n'y aura pas de nouvelles suppressions d'emplois

Confronté à une dette colossale de plus de 35 milliards d'euros et alors que l'Etat vient de voler à son secours en injectant 3 des 4 milliards d'augmentation du capital le patron d'EDF, affirme que l'entreprise se «porte bien» et «gagne de l'argent».

Selon Jean-Bernard Levy, invité d'Europe 1, l'augmentation de capital répond à la nécessité de faire de nouveaux investissements. Pour autant, l'électricien va devoir faire de gros efforts en économisant 1 milliard d’euros en 2019 par rapport à 2015. Il va aussi réduire ses investissements de 2 milliards d’euros et céder pour 10 milliards d’actifs.

En revanche, le patron d'EDF qui a déjà annoncé une baisse de ses effectifs de 5 % d’ici 2018, soit 3 500 postes supprimés sur 67 000 salariés, a affirmé qu'il n'ira «pas plus loin dans les baisses d'effectifs que ce qui a été déjà présenté aux partenaires sociaux en janvier.»

Il est vrai qu'EDF doit faire face dans les années à venir à des investissements colossaux de l'ordre de 100 milliards d'euros dans les années à venir. Au moins 50 milliards d'euros pour le «grand carénage» visant à prolonger d'une dizaine d'années la vie des centrales nucléaires françaises qui arrivent en principe en fin de vie entre 2019 et 2025. EDF a déjà provisionné 23 milliards d'euros.

Concernant la centrale nucléaire de Fessenheim, Jean-Bernard Levy a affirmé que sa fermeture interviendrait à la fin 2018 après l'ouverture de l'EPR de Flamanville. «Cette fermeture est le choix du Parlement, ajoute le patron d'EDF en ajoutant Fessenheim est une centrale qui marche bien en toute sureté.»

100 milliards d'investissements dans les années à venir

L'autre interrogation concerne le projet de la centrale britannique de Hinkley Point. «Hinkley Point est un investissement indispensable. C'est un projet dont les investissements sont connus et c'est un projet rentable» a-t-il souligné. La décision sur l'avenir de cet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4098497 il y a 8 mois

    baisse de ses effectifs de 5 % d’ici 2018 et pas plus. 2018 c'est dans 20 mois, c'est à dire demain et àlors la baisse reprendra...forcement.

  • M4098497 il y a 8 mois

    Fessenheim fermera après l'ouverture de Flammanville. Et si flammanville a du retard, Fessenheim restera ouvert ?

  • M4098497 il y a 8 mois

    Hinkley point est rentable alors qu'aucun EPR ne fonctionne. Si ce n'est pas osé, qu'est ce donc?

  • gchevrie il y a 8 mois

    Ramenez nous les Paul Delouvrier , les Marcel Boiteux et les Georges Besse pour que le Nucléaire Français arrive à survivre .

  • M7361806 il y a 8 mois

    EDF royalement pillée par démagogie populiste !