"Le patrimoine français est plébiscité par les investisseurs étrangers" (Degroof Petercam)

le
9

L'attrait des investisseurs étrangers pour le patrimoine français est clairement lié à des questions fiscales, explique Cyril Kammoun (Degroof Petercam).
L'attrait des investisseurs étrangers pour le patrimoine français est clairement lié à des questions fiscales, explique Cyril Kammoun (Degroof Petercam).

Dernièrement, les acquisitions d’entreprises françaises par des groupes ou fonds étrangers se sont multipliées. La France regorge de marques et de savoir-faire très appréciés, mais l’argent pour les valoriser ne se trouve plus en France, explique Cyril Kammoun, CEO de Degroof Petercam Finance.

Le patrimoine français est particulièrement prisé par les investisseurs du monde entier. Au cours des dernières années, les acquisitions se sont multipliées, avec d’un côté de nombreuses entreprises familiales françaises mises en vente, de l’autre des acheteurs potentiels souvent venus de l’étranger et disposant de liquidités substantielles. Certains investisseurs, en provenance d’Asie notamment, sont prêts à payer des sommes importantes pour acquérir des marques emblématiques de notre patrimoine.

Notre patrimoine et notre savoir-faire séduisent en effet bien au-delà de nos frontières. Il est très difficile de créer une marque ex-nihilo et il faut des années pour réussir à l’imposer dans l’imaginaire collectif. Un investisseur désirant se construire un patrimoine préférera s’offrir une marque centenaire, entourée d’un prestige considérable et disposant d’un potentiel de développement prometteur dans un marché mondialisé. 

Des secteurs sont particulièrement concernés par ce mouvement de fonds : l’agroalimentaire, les vins et spiritueux avec une prédilection pour les vins de Bordeaux, de Bourgogne, le cognac et le Champagne, l’immobilier haut-de-gamme etc. Mais le mouvement dépasse le patrimoine traditionnel et touche tous les métiers, comme le tourisme ou la banque.

Les acheteurs sont chinois, indiens, brésiliens, ou viennent des Etats du Golfe même si dans l’univers technologique, ils restent le plus souvent américains. Il y a en effet un appétit significatif des investisseurs d’outre-Atlantique pour les valeurs internet, les biotechs ou encore les sociétés de technologie médicale. Dans ce domaine, les moyens financiers que les acteurs américains sont prêts à déployer s’avèrent supérieurs à ceux de leurs concurrents européens ou asiatiques.

Problème fiscal

La profusion d’opérations financières impliquant des entreprises françaises disposant d’une marque et/ou d’un savoir-faire reconnus n’est pas sans susciter des interrogations. La surface financière de ces investisseurs étrangers résulte en effet de l’absence d’une fiscalité confiscatoire dans de nombreux pays qui leur donne toute latitude pour acquérir des cibles en dehors de leurs frontières domestiques.

Se réapproprier notre patrimoine passe déjà par la prise de conscience de la valeur de celui-ci et une détermination plus grande pour réformer notre fiscalité et notre économie, condition indispensable pour enrayer l’hémorragie en cours. Au niveau européen, l’absence d’harmonisation fiscale et réglementaire reste également un frein considérable sur lequel il faudrait avancer.

En attendant, la France recèle de nombreuses start-up prometteuses, de jeunes entrepreneurs extrêmement talentueux. Malheureusement, le manque de capitaux disponibles pousse nombre d’entre eux à s’expatrier. Et le même manque d’argent amène notre patrimoine à tomber peu à peu dans l’escarcelle d’investisseurs étrangers. Un phénomène qui a tendance à s’accélérer.

Cyril Kammoun, CEO de Degroof Petercam Finance

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 12 mois

    l'IS est à 38% pour les grands groupes

  • brinon1 le jeudi 10 déc 2015 à 18:06

    c'est oublier que la France est un pays néo collectiviste, ceci expliquant celà et la situation actuelle...

  • M7847994 le jeudi 10 déc 2015 à 17:59

    L’entreprise et les entrepreneurs n’ont jamais fait bon ménage avec les socialistesle facteur déclenchant à été, il y à 30 ans ,avec l'arrivé de Mitterrand; car c'est bien les socialistes et les syndicats, qui ont désindustrialisés la France. la retraite a 60 a ns ; l’ I.S.F ; l’impôts sur les sociétés à plus de 35% pour les PME-PMI et seulement 18% pour les grand groupes ; les 35 heures ; et toutes autres taxes et tracasseries à en dégoutter les investisseur

  • j.barbe6 le jeudi 10 déc 2015 à 17:16

    Le PS fonctionnaire est motivé par l'envie.résultat il nivelle et écrase le privé de taxes et détruit l'économie.Dans cette économie du chaos confiscatoire le fonctionnaire apparait comme un nanti.Le résultat final : la faillite obligatoire.

  • BARIL22 le jeudi 10 déc 2015 à 16:59

    vaut mieux être étranger propriétaire en France que français propriétaire à l'étranger sinon c'est le mattraquagesocialophatique fiscal qui vous tombe dessus.

  • mlemonn4 le jeudi 10 déc 2015 à 16:50

    Et oui le système financier français ne prend aucun risque! les banques notamment, dirigées par les memes technocrates venant du même sérail, préfèrent financer les grandes entreprises privées ou publiques même si il ya un grand risque de faillitte (alcaltel, alstom, areva...et j'en passe), car elles savent très bien que leurs copains coquins technocrates à Bercy/gouvernenment feront payer tot ou tard le contribuable français! il est là le vrai problème de la France malgré des gens brillants !!!

  • M476110 le jeudi 10 déc 2015 à 16:50

    Quand je regarde cette photo je réalise que cette jolie ville de Paris ressemble de moins en moins aux capitales et autres grandes villes des pays que l'on dit "développés" ! Si petite, avec si peu de gratte-ciels, en comparaison elle ressemble à un gros village ! elle n'en a que plus de charme et d'élégance me direz-vous, certes, mais cela reflète la place déclinante de la France dans le monde !

  • Spartaku le jeudi 10 déc 2015 à 16:30

    le manque de capitaux disponibles .... ils nous prennent vraiment pour des onc !! nos banques sont pleines à craquer , 12000 milliards d'épargne française planqués dans les banques françaises.. qu'en font elles siouplé ? ok nous savons tous ce qu'elles en font , elles jouent en bourse beaucoup plus rentable que prêter aux entreprises ....

  • lubek le jeudi 10 déc 2015 à 16:27

    Quand tous ces joyaux seront passés en mains étrangères on saura qu'on avait de la valeur pour constater qu'on n'est plus chez nous. Quelle satisfaction ! Un monde économique sans frontière et sans politique.