Le patrimoine des Français à la loupe

le
0
Le patrimoine des Français à la loupe
Le patrimoine des Français à la loupe
(lerevenu.com) - La photo date un peu (2011), mais elle permet d'utiles comparaisons. L'Insee a publié un état de la richesse nationale cette année-là et l'analyse de ses principales composantes montre que celle des ménages (7.712 milliards d'euros) représente 55% du total, loin devant celle des entreprises (30%) et encore plus de celle des banques (2%). Les variations du patrimoine des ménages, en 2011 par rapport à 2010, telles que les a calculées l'Insee ne surprennent pas véritablement. Elles confirment les tendances qui ont été déjà largement commentées.

À grands traits, le patrimoine des ménages français a continué d'augmenter (+4,1%), mais moins qu'en 2010 (+ 8,1%). Sa valorisation totale a représenté 7,9 fois de leur revenu disponible net de 2011. Il reste constitué pour l'essentiel d'immobilier (70%). Ce patrimoine en ?terrains bâtis?, qui avait été la source d'enrichissement des ménages en 2010, constate l'Insee, a vu sa valeur croître moins vite (+ 3,4%) qu'en 2010 (+14,3%).

Le patrimoine financier net des ménages, 26% du total, lui, a légèrement baissé (?0,8%) en 2011, alors qu'il avait progressé de 5,9%, l'année antérieure. Sans surprendre, non plus, on voit que l'assurance vie ?demeure le premier placement financier des ménages?, avec un encours de 1.430 milliards d'euros, à fin 2011. Son appréciation a été moindre (+1,5%) qu'en 2010 (+7,6%). C'est le résultat d'une baisse des souscriptions nettes de contrats d'assurance vie (34 milliards, après 86,5 milliards, en 2010), de la poursuite de la diminution de leur rendement entamée en 2009 et des moins-values encaissées dans les contrats en unités de compte.

Dans le patrimoine financier des ménages, les avoirs en actions et parts de Sicav et fonds communs de placement ont diminué de 7,6%, en 2011. L'indice CAC 40 s'est replié de 20,8% cette année-là. L'Insee évalue à 966 milliards d'euros la valeur totale des titres d'entreprises détenues par les ménages, dont plus de la moitié (494 milliards) en actions de sociétés non cotées. Les statistiques de l'Insee confirment aussi la vogue des placements bancaires de court terme, dont les encours (dépôts et numéraire) ont crû de 5,8%, après 3,3% en 2010, pour atteindre 1.200 milliards d'euros, soit 24% de plus que l'épargne de long terme investie en Bourse, directement et indirectement (Sicav et fonds communs).


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant