Le patinage artistique de François Hollande sur l'Europe

le
15
LE DISCOURS BROUILLÉ DE FRANÇOIS HOLLANDE SUR L'EUROPE
LE DISCOURS BROUILLÉ DE FRANÇOIS HOLLANDE SUR L'EUROPE

par Yves Clarisse

PARIS (Reuters) - François Hollande a totalement brouillé sa revendication d'un gouvernement économique de la zone euro en déniant à la Commission européenne le droit de faire des recommandations précises sur les réformes à mettre en oeuvre en France.

Le président français avait choisi le 16 mai de placer la deuxième année de son quinquennat sous le signe d'une intégration européenne plus poussée, prônant la mise sur pied d'un véritable gouvernement économique de l'euro avec la perspective d'une union politique.

Il avait lors de la même conférence de presse salué les réformes réalisées par l'Allemagne pour assainir ses comptes et redresser sa compétitivité, un message spectaculairement réaffirmé le 23 mai à Leipzig lors des cérémonies du 150e anniversaire du Parti social-démocrate allemand (SPD).

Le terrain était donc en toute logique libre pour que les recommandations de politique économique présentées par la Commission européenne mercredi dernier en échange d'un délai de deux ans pour ramener le déficit public sous la barre des 3% du PIB soient bien accueillies à Paris.

Elles l'ont été par le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, qui a dit "partager" le "diagnostic" de l'exécutif européen sur les réformes à entreprendre, qui passent notamment par une réduction de la dépense publique et une réforme des retraites, deux objectifs du gouvernement français.

Mais François Hollande a perturbé cette chorégraphie bien huilée par un coup de menton inattendu.

"La Commission européenne n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire, elle a simplement à dire que la France doit rétablir ses comptes publics", a-t-il dit lors d'un déplacement en province, réagissant selon des sources gouvernementales à la piste bruxelloise d'un report de l'âge de départ à la retraite.

SCHIZOPHRÉNIE

Cette sortie a étonné le parti d'Angela Merkel.

"L'Union européenne a eu de l'indulgence pour la gestion par la France de son déficit et se voit quand même critiquée par Hollande", a déclaré jeudi Michael Meister, vice-président du groupe parlementaire CDU-CSU.

Pour Thomas Klau, directeur du bureau de Paris du Conseil européen pour les relations étrangères (ECFR), François Hollande illustre ainsi la "schizophrénie" française sur l'Europe.

"On a l'impression d'une communication présidentielle qui est moins une course en ligne droite qu'un numéro de patinage artistique", a-t-il déclaré à Reuters. "Le message est complètement brouillé, les gens n'y comprennent plus rien."

Non pas que François Hollande ait factuellement tort : il est évident que les réformes seront mises en oeuvre par la France, selon ses procédures, et notamment avec les partenaires sociaux pour celle, cruciale, des retraites.

"Mais la manière dont François Hollande a affirmé cette réalité est propre à jeter le trouble et dépasse l'entendement d'une grande majorité de citoyens en France et ailleurs en Europe", estime Thomas Klau.

Comment, en effet, concilier les appels à un gouvernement économique qui suppose des abandons de souveraineté pour mieux gérer l'euro avec une remise en question des pouvoirs renforcés dévolus à la Commission pendant la crise de l'euro ?

"Il est très paradoxal de dire d'un côté qu'on veut aller plus loin et en même temps de répliquer aussi sèchement à la Commission européenne lorsqu'elle fait son devoir en vertu des textes qu'elle est chargée d'appliquer", déclare l'eurodéputée centriste Sylvie Goulard sur le site internet Atlantico.

"C'est dommage. C'est une occasion perdue de mettre en place une bonne pédagogie de l'esprit même de ce que souhaite le chef de l'Etat", ajoute l'élue du MoDem.

QUADRUPLE LANGAGE

Les analystes savent pourquoi le président français a cru bon de remettre l'exécutif européen à sa place.

"Ce que nous avons vu à l'Elysée, c'est une manière de contrer le sentiment que la France est placée sous la coupe de Bruxelles", explique Thomas Klau.

Il estime qu'à se présenter en social-démocrate à Leipzig et en socialiste à Paris, en partisan de l'Europe fédérale un jour et en parangon de la souveraineté nationale le lendemain pour garder toutes les cartes en main, François Hollande pratique "non pas un double langage mais un quadruple langage".

Mais une chose est sûre pour cet analyste franco-allemand, François Hollande reste bien dans la tradition gaullienne qui consiste à concevoir l'intégration européenne de manière intergouvernementale et non par des délégations de souveraineté à un "gouvernement européen" qui serait la Commission.

A vouloir garder tous les fers au feu pour des raisons de politique intérieure, le président français prend le risque de renforcer ceux qui, en France, sont les plus jaloux de leur souveraineté alors qu'il affirme vouloir la partager.

"C'est insupportable que la Commission européenne demande à la France une réforme des retraites d'envergure. Ce n'est pas son rôle", a dit vendredi sur BFM TV Claude Bartolone, le président d'une Assemblée nationale qui veut garder son pouvoir.

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2728834 le vendredi 31 mai 2013 à 17:00

    SVP pas d' insulte à de Gaulle . Ce dernier en croire Peyrefitte, considérait que Mitterrand ( dont Hollande se prétend le fils "spirituel" !)« a trop de casseroles » , prêt à soutenir toutes les thèses,à renier tout le monde et à se renier lui-même pour s'emparer du pouvoir».http://www.liberation.fr "Patinage artistique" de notre roi UBU ?. En réalité , il "patauge" lamentablement

  • M2110926 le vendredi 31 mai 2013 à 16:43

    Bien joué le patinage artistique ! Finalement c'est quoi son talent ?

  • marcus61 le vendredi 31 mai 2013 à 16:36

    un CLOWN!!!!

  • M2110926 le vendredi 31 mai 2013 à 15:35

    Après le mariage homo, il n'a pas fini de rouler du patin

  • nitram.g le vendredi 31 mai 2013 à 15:08

    Il est à l'école du "Florentin" à qui veut s'en souvenir !

  • dhote le vendredi 31 mai 2013 à 15:07

    On ne peut pas appeler patinage artistique les contorsions d'un pantin qui est toujours sur le c.ul. Pitoyable et honteux.

  • mlaure13 le vendredi 31 mai 2013 à 15:03

    Suite/...En définitive, et pour le bien de la France, il est souhaitable que ses tergiversations (de FH)...se concrétisent par un »modus vivendi » de l’UE…et ça, ce n’est pas gagné ?...Néanmoins, il faut reconnaître que c’est jouable, et de toutes façons, on n’a pas grand-chose à perdre !...Wait and sea !...

  • RVM21 le vendredi 31 mai 2013 à 14:52

    notre assemblée nationale ainsi que flam-by ont été élu sur des mensonges grossiers; ne pas s'étonner que notre pays passe sous tutelle!!!!

  • mlaure13 le vendredi 31 mai 2013 à 14:49

    Suite/...sa forfaiture présidentielle éclate au grand jour...et va réduire à néant le peu de crédibilité que la France avait sous Sarko...Dommage que ce dernier ait trop versé dans le "bling-bling" , mobilisant à tord ou à raison, un anti-sarkosisme effréné !...

  • glbt38 le vendredi 31 mai 2013 à 14:45

    le quadruple langage, ça frise l'écervelé quand même. On est vraiment mal barré avec ce riquiqui de la cervelle!