Le pas en arrière de Dieudonné peine à convaincre

le
4
Le pas en arrière de Dieudonné peine à convaincre
Le pas en arrière de Dieudonné peine à convaincre

«L'affaire Dieudonné, c'est terminé», a annoncé l'humoriste lui-même samedi en confirmant l'arrêt de son spectacle «le Mur», interdit par la justice pour ses sorties antisémites. A en croire les réactions de ses détracteurs ce dimanche, ce n'est pas si sûr. Alain Jakubowicz, président de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), s'est dit «dubitatif» et «vigilant» tandis que Serge Klarsfeld, président de l'Association des fils et filles des déportés juifs de France (FFDJF), réclame l'interdiction de la diffusion du DVD du spectacle.

«On reste vigilant pour ne pas dire dubitatif»

Le polémiste a annoncé samedi qu'il renonçait à donner son spectacle «Le Mur», au profit d'un autre one-man-show de nature, selon lui, à calmer le jeu. «On prend acte de cette annonce», a réagi Alain Jakubowicz, président de la Licra. «Mais il est bien évident que l'on reste vigilant pour ne pas dire dubitatif», a-t-il ajouté, en rappelant que Dieudonné avait déjà pris dans le passé des engagements qu'il n'a pas respectés. «Je rappelle que, l'année dernière, l'intéressé s'était engagé devant le tribunal administratif de Montpellier à ne pas chanter la chanson Chaud Cacao transformée en Shoah nanas pour obtenir la levée de l'interdiction de son spectacle avant, le lendemain, de faire reprendre cette chanson à toute la salle», a-t-il souligné.

«Alors, voyons... De toute façon, l'interdiction à laquelle il se trouve confrontée vise son spectacle Le Mur et pas autre chose. Et si demain il voulait jouer Tartuffe, ce qui serait pas mal de sa part, on ne l'empêcherait pas de le faire», a ajouté Alain Jakubowicz. «Notre rôle n'est pas de jeter l'anathème mais de combattre le racisme et l'antisémitisme dont il était et reste un acteur majeur», a indiqué le président de la Licra.

Méfiance pour Serge Klarsfeld

Pour Serge Klarsfeld, président de l'Association des fils et filles des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le dimanche 12 jan 2014 à 21:00

    Ils ont dit que l'interdiction ne visait pas l'humoriste mais son spectacle. Si ce spectacle "le mur" n'est plus à l'affiche il n'y a pas de raison légale d'interdire un autre spectacle.La liberté d'expression va être dure à bâillonner M. Valss.

  • perkele le dimanche 12 jan 2014 à 20:57

    Les pauvres petits, ils ont perdu leur bouc-émissaire, ils n'ont plus un grand méchant pour se faire passer pour des victimes.

  • perkele le dimanche 12 jan 2014 à 20:56

    c'est malin de dire ça, il est moitié camerounais et le cameroun n'est pas musulman...

  • M2280901 le dimanche 12 jan 2014 à 19:14

    bala bala est un un islamiste convaincu , retour au pays