Le parti UKIP en recul dans les intentions de vote en Grande-Bretagne

le
0

LONDRES, 24 février (Reuters) - Le parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) a chuté de quatre points en un mois dans les intentions de vote en vue des élections législatives du mois de mai, selon un sondage ComRes publié mardi par le Daily Mail. Avec 13%, le parti de Nigel Farage, qui milite pour une sortie immédiate de l'Union européenne et une répression accrue de l'immigration, revient à son plus bas niveau depuis avril dernier. Le Parti conservateur du Premier ministre David Cameron est donné en tête avec 34% des intentions de vote, devant le Parti travailliste d'Ed Miliband, mesuré à 32%. Un autre sondage, réalisé par l'institut Ashcroft et publié lundi, ne crédite plus l'UKIP que de 11% des intentions de vote, soit une baisse de cinq points en une semaine. En mai, l'UKIP était arrivé en tête des élections européennes avec plus de 26% des voix. Mais la répartition des sièges de députés européens au scrutin de liste lui est plus favorable que les législatives et leur système de scrutin majoritaire à un seul tour où le candidat arrivé en tête est élu. Son recul dans les intentions de vote coïncide avec la diffusion dimanche soir d'un documentaire dans lequel on entend une conseillère municipale UKIP dire avoir des problèmes avec les "nègres". Rozanne Duncan a été exclue depuis du parti. Le parti de Farage se dit également victime d'une campagne orchestrée par les médias et vise notamment la diffusion récente par la chaîne de télévision Channel Four d'une fiction imaginant l'arrivée au pouvoir de l'UKIP au soir des élections du 7 mai. Nigel Farage a dénoncé ce programme "UKIP: les cent premiers jours" comme une "description biaisée et partisane" et réclamé l'intervention de l'Ofcom, l'office britannique de régulation de l'audiovisuel. "Les médias sont de plus en plus hystériques. Mais le peuple britannique verra clair dans cette manipulation fondée sur la peur et votera UKIP en grand nombre", a réagi un porte-parole du parti, Michael Heaver, après la diffusion mi-février de ce docu-fiction. Dans le Parlement sortant, le parti ne compte que deux députés, deux ex-élus conservateurs qui ont fait défection. Mais il espère attirer une partie de l'électorat traditionnel du Parti conservateur. (Andrew Osborn; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant