Le Parti socialiste place la fédération des Bouches-du-Rhône sous contrôle 

le
0
Les investitures pour les législatives ne seront pas soumises aux votes des militants mais tranchées à Paris, comme pour l'Hérault ou le Pas-de-Calais.

La direction du Parti socialiste n'a pas obtenu le départ de Jean-Noël Guérini de la présidence du Conseil général des Bouches-du-Rhône, celui-ci refusant de démissionner en dépit de sa mise en examen pour association de malfaiteur notamment. Elle s'emploie néanmoins à réduire son influence. Les investitures pour les législatives seront tranchées à Paris et non localement comme dans les autres fédérations, à l'exception de celle de l'Hérault mise sous tutelle après l'affaire Frêche ou du Pas-de-Calais en raison du manque de femmes proposées.

Martine Aubry l'a annoncé incidemment lors de la présentation au bureau national de l'accord du PS avec Europe Écologie-Les Verts (EÉLV). Il n'y aura donc pas de vote des militants pour départager les candidats à l'investiture. Solferino déterminera quelles circonscriptions seront réservées aux femmes, à EÉLV ou aux radicaux de gauche. En fonction de cela, les candidats se manifesteront auprès de Martine Aubry et

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant