Le Parti du progrès durement sanctionné en Norvège

le
0

OSLO, 15 septembre (Reuters) - Le Parti du Progrès, mouvement norvégien hostile à l'immigration qui fait partie de la coalition gouvernementale, se dirige vers son plus mauvais résultat électoral depuis plus de 20 ans après les municipales de ce lundi. Son opposition à l'accueil des réfugiés syriens semble l'avoir mis en porte-à-faux avec une partie de son électorat. Après dépouillement de 87% des voix, il était crédité de 9,7%, alors qu'il avait obtenu 16,3% lors des législatives de 2013. Son plus mauvais score remonte à 1993. Il avait alors obtenu 6,3%. Le Parti conservateur arrivé aux affaires en 2013 enregistre lui aussi un net recul avec 22,4% des voix, soit 5,6 points de moins qu'il y a quatre ans. Avec 33,4%, le Parti travailliste, favorable à l'accueil des réfugiés, obtient en revanche son meilleur résultat depuis 1987 dans le cadre d'un scrutin local. Le Parti du progrès a axé toute sa campagne sur le projet prévoyant l'accueil de 8.000 réfugiés syriens d'ici à la fin 2017, auquel il est hostile. "D'habitude, le débat sur l'immigration fait le jeu du Parti du progrès, mais ce n'est pas un débat habituel en raison de l'énormité de la catastrophe et de la dureté des scènes auxquelles nous assistons", a commenté le politologue Svein Tore Marthinsen. La photo montrant le corps d'Aylan Kurdi, un petit Syrien de trois ans, échoué sur une plage de Turquie après le naufrage d'un bateau de réfugiés, a bouleversé de nombreux Norvégiens. (Stine Jacobsen et Terje Solsvik, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant