Le parti au pouvoir en Tunisie se déchire

le
0

TUNIS, 9 novembre (Reuters) - Trente-deux députés tunisiens de Nida Tounès, le parti au pouvoir, ont démissionné lundi pour dénoncer les ingérences dont ils accusent le fils du président Beji Caïd Essebsi, ce qui fait du mouvement islamiste Ennahda la première force parlementaire. "Nous avons décidé de démissionner du groupe après le refus d'organiser une réunion du comité exécutif, qui est la seule structure légitime du parti", a déclaré à la presse le parlementaire Hassouna Nasfi. "Nous avons démissionné pour protester contre le fonctionnement non-démocratique du parti", a-t-il ajouté. Nida Tounès n'a plus que 54 élus à l'Assemblée, alors qu'Ennahda dispose de 67 sièges. Le parti fondé par Beji Caïd Essebsi est en proie aux dissensions depuis que ce dernier en a quitté la tête pour devenir chef de l'Etat. Selon des sources internes, Nida Tounès est divisé en deux courants, l'un dirigé par Hafhed Caïd Essebsi et l'autre par Mohsen Marzouk, secrétaire général du mouvement. (Tarek Amara, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant