Le parrain Toto Riina condamne un juge à mort !

le
3
Photo non datée de Toto Riina, réalisée par la police au moment de son hospitalisation en 2003.
Photo non datée de Toto Riina, réalisée par la police au moment de son hospitalisation en 2003.

Toto Riina, le parrain des parrains de Cosa Nostra incarcéré depuis vingt ans, avait fait du silence une règle de vie. Mais les policiers qui le surveillent dans les quartiers de haute sécurité de sa prison milanaise ont enregistré ses conversations avec un autre détenu. Et les menaces proférées par le boss de la coupole mafieuse contre un magistrat ont réveillé le spectre des attentats contre les juges Falcone et Borsellino.C'est durant l'heure de sortie, entre le 17 octobre et le 18 novembre dernier, que Toto Riina s'est confié à Alberto Lorusso, un membre de la Sacra Corona Unita, la mafia des Pouilles. Le boss de Corleone s'en prend au magistrat Nino Di Matteo. "Il ose me regarder dans les yeux, s'indigne le vieux mafieux. Mais il ne m'intimide pas, il ne fait que me mettre davantage en colère. Je le tuerai comme un thon. Il me le paiera. Tu sais comment il va finir sa carrière ? Comme le juge Scagliano [tué à Palerme par Cosa Nostra en 1970, NDLR]. Il faut organiser ça au plus vite." TabouLe magistrat Di Matteo est responsable du dossier sur les négociations qui eurent lieu entre Casa Nostra et l'État italien durant les années 90. "C'est une affaire très importante pour Riina, car l'instruction risque de dévoiler qui ont été les politiciens complices de Cosa Nostra, explique au Point Claudio Fava, vice-président de la commission parlementaire anti-mafia. Or, la mafia compte sur ces hommes qu'elle peut encore faire chanter pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cos6211 le mardi 4 fév 2014 à 16:08

    Une balle. Une. Et on verra qui menace qui.

  • M1531771 le mardi 21 jan 2014 à 20:52

    Ces parrains méritent qu'on les pendent par les coui.lles !

  • M566619 le mardi 21 jan 2014 à 17:16

    Il a bien le droit de ne pas apprécier d'être en prison et de le dire.