Le parrain de la French Connection gâtait son petit-fils via HSBC

le
0
Photo de Nick Venturi, prise en 2004.
Photo de Nick Venturi, prise en 2004.

Au milieu du bottin mondain des Français de "SwissLeaks" et autres financiers d'al-Qaida et trafiquants d'armes possédant un compte à la banque HSBC à Genève, celui de Jean-Christophe Rapetto pouvait passer totalement inaperçu. Né en 1966 à Marseille, dirigeant de sociétés, il n'a eu que des broutilles à expliquer à la justice. Elle ne lui a infligé que dix mois avec sursis pour "recel du produit de blanchiment de fraude fiscale" en 2013. Certes, il est le petit-fils de "Nick" Venturi, considéré comme l'un des derniers grands parrains du milieu corse de Marseille et de la French Connection. Mais, comme il l'a dit lui-même, "il ne s'est pas posé de question sur la provenance des fonds détenus par son grand-père, lequel était taisant sur ses affaires". Lire aussi Le bottin très mondain des Français de "SwissLeaks" Jean-Christophe Rapetto, gérant de la SARL Le Café parisien et de la société JCR Holding, possédait un compte à la banque HSBC à Genève, ouvert en 2003. Le 21 août 2007, il reçoit 100 000 dollars, venant du compte Baraka, ouvert à la Rothschild Bank de Monaco ; et le 5 décembre 2007, 377 388 dollars, toujours du même compte et du même établissement financier. Si Jean-Christophe Rapetto ne se demande pas l'origine des fonds, HSBC Private Bank à Genève ne se montre guère plus curieuse. Pourtant, le patron, Alexandre Zeller, déclarait dans la presse suisse à la même époque : "Je n'ai aucune crainte de cas de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant