Le parquet suédois va de nouveau demander à interroger Assange

le
0
    STOCKHOLM, 9 février (Reuters) - Le parquet suédois a 
annoncé jeudi son intention de déposer une nouvelle demande pour 
interroger Julian Assange à l'ambassade d'Equateur à Londres 
pour une affaire de viol présumée.  
    Il juge que le dossier n'est en rien modifié par la décision 
d'une commission d'enquête des Nations unies, selon laquelle le 
fondateur de WikiLeaks est détenu arbitrairement depuis trois 
ans et demi. 
    "En ce qui concerne le rapport (de l'Onu) diffusé la semaine 
dernière, je peux déclarer que cela ne change pas ma précédente 
analyse dans l'enquête préliminaire", précise Marianne Ny, la 
procureure en charge des investigations, dans un communiqué. 
    La première demande d'interrogatoire a été rejetée en 
janvier par l'Equateur.  
    Dans son rapport, le groupe de travail de l'Onu sur la 
détention arbitraire estime que le militant australien devrait 
être autorisé à quitter l'ambassade sans menace d'arrestation 
par la Grande-Bretagne, ni d'extradition vers la Suède. Mais ses 
décisions ne sont pas contraignantes.  
    "C'est un scandale que la Suède (...) défie ouvertement la 
décision d'un organe important des Nations unies", a réagi Per 
Samuelson, un avocat suédois représentant Julian Assange. 
    Le fondateur de WikiLeaks vit reclus depuis juin 2012 à 
l'intérieur de la mission équatorienne dans le quartier de 
Knightsbridge, de crainte d'être expulsé vers la Suède puis les 
Etats-Unis, qui ne lui ont pas pardonné la divulgation par 
WikiLeaks de centaines de milliers de documents confidentiels en 
2010.    
    Il est visé par une enquête de la justice suédoise dans une 
affaire de viol qui remonterait à 2010. Il nie les accusations. 
 
 (Simon Johnson; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant