Le parquet souhaite l'annulation des poursuites contre Aubry

le
8
LE PARQUET SOUHAITE L'ANNULATION DES POURSUITES CONTRE MARTINE AUBRY
LE PARQUET SOUHAITE L'ANNULATION DES POURSUITES CONTRE MARTINE AUBRY

PARIS (Reuters) - Le parquet de Paris se prononce en faveur de l'annulation de la mise en examen pour "homicides et blessures involontaires" de l'ancienne patronne du Parti socialiste Martine Aubry dans l'enquête sur les ravages de l'amiante.

Le procureur de Paris, François Molins, considère que les fautes retenues par la juge d'instruction contre Martine Aubry ne "semblent pas constituer des fautes pénales au sens de la jurisprudence actuelle", a annoncé le parquet.

Cet avis devrait être repris par le parquet général devant la chambre de l'instruction, saisie par Martine Aubry d'une demande d'annulation de sa mise en examen prononcée le 6 novembre. Aucune date n'est fixée mais la chambre devrait statuer au cours du premier semestre 2013.

La juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy a reproché à Martine Aubry des faits remontant à la période 1984-1987, quand elle était directrice des relations du travail au ministère du Travail, un poste de haut fonctionnaire.

Il lui est imputé de n'avoir pas renoncé à participer à un organisme spécialisé, le "comité permanent amiante", et de ne pas s'être opposé à certaines initiatives sur cette fibre incombustible utilisée pendant des décennies dans le bâtiment et tous les secteurs de l'industrie, dont les dangers étaient connus.

Le ministère public remarque cependant que les dommages sur la santé des travailleurs de diverses entreprises qui font l'objet de l'enquête sont antérieurs à la période 1984-1987.

Par ailleurs, aucune faute personnelle n'a été caractérisée aux yeux du parquet, mais seulement une problématique générale au titre du ministère qui est imputée à Martine Aubry sans qu'un fait puisse selon lui être mentionné.

Le parquet considère enfin que les dangers précis de l'amiante étaient ignorés en 1984-1987 et rappelle que l'usage de cette matière n'a été interdit en France qu'en 1997.

Martine Aubry, aujourd'hui maire de Lille, avait protesté dès sa sortie du bureau du juge contre sa mise en examen, estimant que rien ne la justifiait. Cette procédure compromettrait l'ambition qui lui est prêtée d'entrer à Matignon, si Jean-Marc Ayrault devait laisser sa place.

La procédure pénale visant les dangers de l'amiante est ouverte depuis les années 1990 en France mais bute sur les lenteurs du système et des obstacles juridiques pour caractériser des fautes pénales.

On estime à un millier le nombre de décès annuels dus aux cancers et mésothéliomes liés à l'amiante en France et le nombre de victimes d'ici 2025 pourrait s'élever à 100.000, selon les études sur la question.

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • corsoeur le mardi 18 déc 2012 à 14:32

    lessive en famille !

  • raich2 le mardi 18 déc 2012 à 14:28

    La justice des manants et celle des nantis et...... celle des copains

  • M4661438 le mardi 18 déc 2012 à 13:51

    encore une politique de blanchie ! qui dit mieux ??

  • M9390997 le mardi 18 déc 2012 à 13:22

    Lafontaine est toujours d actualié, selon que vous serez puissants ou misérable...... République banannière !

  • M2280901 le mardi 18 déc 2012 à 13:09

    et nous on souhaite la poursuite des poursuites , pas question qu'elle s'en sorte comme Fabius avec le sang contaminé

  • cavalair le mardi 18 déc 2012 à 12:47

    qui parlait de la republique des copains et des coquins????

  • j.delan le mardi 18 déc 2012 à 12:41

    Entre camarade, il y a des choses qui ne se font pas.

  • frk987 le mardi 18 déc 2012 à 12:33

    ben voyons !!!!