Le parquet saisi dans l'affaire du vol des montres de l'Elysée

le
1
    PARIS, 7 septembre (Reuters) - Le cabinet de François 
Hollande a saisi le procureur de la République, François Molins, 
dans l'affaire du vol des montres de l'Elysée, a-t-on appris 
mercredi de source judiciaire. 
    Une lettre officielle de l'Elysée a également été rédigée à 
destination du juge financier Roger Le Loire, qui enquête sur 
l'affaire du Kazakhgate, précise le Point, qui a révélé 
l'information.   
    Ces montres laissées par Damien Loras, un des conseillers 
diplomatiques de Nicolas Sarkozy, auraient disparu dans un 
coffre du Palais de l'Elysée au moment de l'alternance au 
pouvoir, en mai 2012. 
    Le juge Le Loire réclamait depuis novembre 2015 ces montres 
auprès de l'Elysée comme preuve de la bonne foi de Damien Loras, 
lequel niait son implication dans l'affaire de corruption 
présumée liée à la vente d'hélicoptères militaires au 
Kazakhstan.  
    Des protagonistes du dossier prétendaient que le conseiller 
diplomatique avait pu faciliter l'accès au bureau de Nicolas 
Sarkozy à Patokh Chodiev - un homme d'affaires ouzbeko-belge 
proche du président kazakh - contre deux montres de luxe 
estimées à 44.000 euros chacune, selon Le Point. 
    Pour sa défense, il disposait d'un courrier électronique de 
Gaspard Gantzer, chef du pôle communication de l'Élysée, qui 
confirmait la présence en mai 2012 des deux montres, lesquelles, 
précisait-il, avaient été transférées de la cellule diplomatique 
à la salle des cadeaux présidentiels. 
    Mais ces montres n'ont finalement pas été retrouvées, 
souligne l'hebdomadaire. 
 
 (Gérard Bon, édité par Simon Carraud) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kurki il y a 11 mois

    Quel socialo peut aimer les montres à ce point ? Je vous le demande ...