Le parquet requiert l'internement de Breivik en Norvège

le
0
Le parquet requiert l'internement de Breivik en Norvège
Le parquet requiert l'internement de Breivik en Norvège

OSLO (Reuters) - Le procureur norvégien au procès d'Anders Behring Breivik a demandé que le jeune militant d'extrême droite accusé d'avoir tué 77 personnes l'été dernier soit déclaré pénalement irresponsable et interné dans un hôpital psychiatrique.

"Selon nous, c'est pire d'envoyer un psychotique dans un centre de détention préventive que d'envoyer une personne non psychotique dans un centre de soins obligatoires", a déclaré le procureur Svein Holden.

"Nous ne sommes pas convaincus qu'Anders Behring Breivik est pénalement irresponsable mais nous avons des doutes. Donc, nous demandons qu'il soit contraint de suivre des soins psychiatriques."

Les juges doivent rendre leur verdict d'ici le 24 août.

Anders Behring Breivik a accueilli le réquisitoire d'un salut de la main, en tendant le bras droit, un geste qu'il avait reproduit à plusieurs reprises lors du procès jusqu'à ce que ses avocats lui demandent d'arrêter.

Le militant islamophobe de 33 ans a reconnu avoir tué le 22 juillet 2011 huit personnes à Oslo dans un attentat à la voiture piégée puis 69 jeunes gens réunis dans un camp d'été des jeunesses travaillistes sur l'île d'Utoya.

L'enjeu de ce procès, entamé le 16 avril, était de déterminer le degré de responsabilité psychique de l'accusé.

Un premier groupe de psychiatres nommés par le tribunal a conclu que Breivik était schizophrène et souffrait de psychose paranoïaque. Un second groupe d'experts a estimé qu'il souffrait vraisemblablement d'un trouble narcissique de la personnalité mais n'était pas psychotique.

S'il est reconnu psychotique, il sera interné en hôpital psychiatrique, ce qu'il refuse. S'il est jugé pénalement responsable de ses actes, il devrait être condamné à la peine maximale en Norvège, soit 21 ans de prison.

Anders Behring Breivik estime que la seule alternative à l'issue de son procès est l'acquittement ou la mort.

Selon un sondage pour la chaîne NRK, trois Norvégiens sur quatre considèrent qu'il est suffisamment sain mentalement pour être condamné à une peine de prison.

"Ce qui est le plus incompréhensible, c'est combien il a été peu affecté par ses actes", a déclaré la procureur Inga Bejer Engh à l'audience. "Il a décrit sans remords ni émotion comment ces jeunes gens l'ont supplié de le laisser en vie et comment il leur a tiré une balle dans la tête pour s'assurer qu'ils étaient bien morts."

Balazs Koranyi, Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant