Le parquet de Lille estime que DSK n'est pas un proxénète

le
0
POUR LE PARQUET DE LILLE, DSK N'EST PAS UN PROXÉNÈTE
POUR LE PARQUET DE LILLE, DSK N'EST PAS UN PROXÉNÈTE

PARIS (Reuters) - Dominique Strauss-Kahn, poursuivi dans l'affaire dite du Carlton, a été le principal bénéficiaire de soirées libertines avec des prostituées mais cela n'en fait pas pour autant un proxénète, estime le parquet de Lille dans son réquisitoire publié samedi par Le Figaro.

L'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) a été mis en examen en mars 2012 pour "proxénétisme aggravé en bande organisée" dans le cadre de cette affaire.

Pendant l'instruction, les enquêteurs ont cherché à savoir si l'ancien ministre socialiste savait que les femmes participant à ces soirées étaient des prostituées et s'il a pu être l'un des organisateurs de ces rendez-vous, ce qu'il a toujours démenti.

Pour le parquet de Lille, qui a requis mardi un non-lieu pour Dominique Strauss-Kahn, "faire la différence entre une libertine et une prostituée" n'est pas évident "quand la finalité de ces échanges (est) non de satisfaire une relation intellectuelle mais une relation sexuelle".

Si "DSK" était "le principal bénéficiaire, et parfois exclusif, des soirées, si elles étaient organisées en fonction de sa personne, s'il profitait vraisemblablement de sa position, de sa notoriété, si les hommes autour de lui cherchaient en retour un avantage personnel ou de son accession attendue à la présidence de la République, cela n'en fait pas pour autant un proxénète", estime le parquet dans son réquisitoire cité par Le Figaro.

Et cela, "quel que soit le jugement que l'on peut porter sur son comportement sexuel, qui ne relève pas du droit mais de la morale", ajoute-t-il.

Dominique Strauss-Kahn, 64 ans, a toujours nié avoir eu connaissance qu'il s'agissait de prostituées, défendant son droit au libertinage entre adultes consentants.

Il appartient désormais aux juges d'instruction de décider s'ils renvoient "DSK" en correctionnelle ou s'ils se rangent à l'avis du parquet.

Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant