Le parquet d'Aix-en-Provence pas favorable à l'extradition de l'ex-ministre géorgien

le
0
Le parquet d'Aix-en-Provence pas favorable à l'extradition de l'ex-ministre géorgien
Le parquet d'Aix-en-Provence pas favorable à l'extradition de l'ex-ministre géorgien

Le parquet général d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) a pris jeudi des réquisitions «extrêmement réservées, voire négatives, à l'égard de la demande» d'extradition émise par la Géorgie à l'encontre de l'ancien ministre géorgien de la Défense David Kezerachvili, détenu à la prison des Baumettes, à Marseille depuis le 14 octobre 2013. La cour rendra son délibéré sur la demande d'extradition le 27 février.

Kezerachvili, ministre de la Défense de 2006 à 2008 après avoir été chef de la police financière, est poursuivi en Géorgie dans deux dossiers distincts. Selon les autorités géorgiennes, il aurait d'abord été mêlé à un trafic d'éthanol entre l'Ukraine et la Géorgie démarré en 2006, dans lequel la Géorgie met en cause un autre ministre de M. Saakachvili, l'ancien ministre de la Justice Zurab Adeishvili. Il est notamment soupçonné d'avoir reçu 13 millions de dollars (9,3 M?) pour avoir facilité et organisé le trafic.

David Kezerachvili est par ailleurs accusé d'avoir, en 2009, mis la main de manière frauduleuse sur une chaîne de télévision, Imedi TV, une affaire qui implique également l'ancien maire de Tibilissi, accusé dans ce dossier de détournement de fonds publics. Lui estime être victime d'une traque politique perpétrée par un nouveau pouvoir proche de Moscou. Une position qui a convaincu plusieurs personnalités politiques et intellectuelles françaises et européennes, Daniel Cohn-Bendit en tête, qui viennent de constituer un comité de soutien.

L'avocate générale Solange Legras a souligné que Kezerachvili «a exercé des fonctions essentielles au niveau politique», et avait tenu un «rôle important au moment de la guerre (contre la Russie, NDLR) d'août 2008». Elle s'est étonnée du «grand nombre de procédures» - environ 90, selon elle - «à l'encontre de responsables ou anciens responsables du Mouvement national uni (MNU, parti de l'ancien président Alexandre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant