Le Parlement libyen vote le démantèlement des brigades armées

le
0

BENGHAZI, Libye, 13 août (Reuters) - Le Parlement libyen a voté mercredi le démantèlement des brigades rebelles et sollicité la protection des Nations unies pour les civils victimes des plus meurtrières violences entre factions armées depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. La Chambre des représentants, élue en juin en remplacement du Congrès général national (CGN), espère par cette mesure priver les milices d'anciens rebelles de la légitimité dont elles se prévalaient jusqu'à présent. En revanche, l'incertitude demeure sur la manière dont la nouvelle assemblée pourra faire appliquer ce texte alors que l'armée libyenne est toujours en cours de formation. Ces groupes puissamment armés sont souvent alliés à des factions politiques influentes. La décision du Parlement vise notamment les brigades Kaâkaâ et Al Saouek liées à la ville de Zentane et leurs rivales, les brigades Bouclier de Libye liées à la ville de Misrata. Ces deux groupes, autrefois alliés contre Kadhafi, s'affrontent à l'arme lourde depuis un mois pour contrôler l'aéroport de Tripoli. Les combats ont fait plus de 200 morts et contraint plusieurs pays occidentaux et l'Onu à fermer leurs représentations sur place et à évacuer leurs diplomates. Une délégation de l'Onu a tenté une médiation pour parvenir à un arrêt des hostilités. Américains et Européens, qui espèrent que le nouveau Parlement puisse devenir un espace de concertation entre les factions en conflit, se montrent peu enclins à une intervention terrestre en Libye pour imposer le dialogue. (Ahmed Eluùanmi, Ayman al Warfalli et Feras Bosalum; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant