Le Parlement européen tente de sauver le marché du CO2

le
0
Les eurodéputés ont gelé une partie des quotas qui devaient être vendus à partir de 2014, pour compenser une chute des cours du carbone consécutive à la crise économique.

«Mieux vaut la mise sous respiration artificielle que la mort clinique.» Le commentaire du député européen Vert français Yannick Jadot résume bien la portée du vote du Parlement européen. Par 344 voix contre 311 et 46 abstentions, les eurodéputés ont approuvé une mesure, d'apparence très technique, qui devrait permettre au marché européen du carbone de ne pas s'effondrer définitivement.

En raison de la crise économique, les quelque 12.000 sites industriels européens soumis à des quotas de CO2 ont rejeté beaucoup moins de gaz à effet de serre ces dernières années. Les quotas ayant été généreusement distribués au départ, ils se trouvent en excédent massif. Conséquence, le prix du carbone s'est effondré à moins de 3 euros la tonne, menaçant l'existence même de ce marché particulier, lancé...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant