Le Parlement européen s'apprête à lever l'immunité de Marine Le Pen

le
4
Le Parlement européen s'apprête à lever l'immunité de Marine Le Pen
Le Parlement européen s'apprête à lever l'immunité de Marine Le Pen

Selon la BBC, le Parlement européen va lever l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, pour «incitation à la haine raciale». Une commission s'est prononcée, lors d'un vote à huis-clos cette semaine, pour cette levée d'immunité qui doit maintenant être ratifiée par les députés européens en session plénière, le 11 juin à Strasbourg (Bas-Rhin). Mais cet ultime vote ne serait qu'une «formalité», toujours selon le média britannique.

Les membres de la commission du Parlement européen «ont voté pour lever l'immunité» de l'eurodéputée d'extrême droite a confirmé le porte-parole de l'institution ce samedi. La France a fait cette demande auprès du Parlement européen en novembre 2012. Elle visait des propos de la députée européenne FN établissant un parallèle entre les prières de rue des musulmans et l'Occupation allemande. De sources proches de cette commission, le vote a été très défavorable à la présidente du Front national.

Le rôle de la Commission n'est pas de se prononcer sur le fond de l'affaire, en l'occurrence ici les propos de Marine Le Pen, mais seulement sur les motivations des autorités françaises pour engager cette démarche.

Enquête préliminaire et enquête judiciaire

Les faits remontent au 10 décembre 2010. En meeting à Lyon (Rhône), Marine Le Pen, alors candidate à la présidence du parti fondé par son père, avait dénoncé les prières de rue des musulmans : «Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde guerre mondiale, s'il s'agit de parler d'occupation. On pourrait en parler, pour le coup, parce que ça, c'est une occupation du territoire».

Ces propos avaient soulevé un tollé politique et le parquet de Lyon avait ouvert une enquête préliminaire pour «incitation à la haine raciale», après le dépôt d'une plainte du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap). Marine Le Pen avait ensuite affirmé que cette enquête...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le dimanche 2 juin 2013 à 18:09

    C'est n'importe quoi. On a des groupes de rap qui préconisent impunément de dézinguer nos policiers, des gens venus d'ailleurs qui proclament: "la France, on la nique". Des imams qui prêchent la guerre sainte à longueur de journée. Tout cela sans être inquiétés la plupart du temps. Et pour des propos aussi anodins, on va lui chercher des poux dans la tête ? Mais que sommes-nous devenus ?

  • M3866838 le dimanche 2 juin 2013 à 11:48

    A coté de ça on laisse ouvertes des mosquée où l'on peut prêcher la haine des occidentaux. Certes, il ne faut pas faire l'amalgame, il y a des musulmans à qui l'on à rien à reprocher, bien au contraire, mais on ne peut nier une christianophobie grandissante et conquérante parmi beaucoup de musulmans. Cela est très dangereux car cela peut réveiller une extrême droite beaucoup plus radicale que le FN. Je me demande s'il n'y a pas derrière, l'objectif purement électoral de rediaboliser le FN.

  • jean.e le dimanche 2 juin 2013 à 10:36

    en touit cas elle a raison la nouvelle occupation cest les musulmeuh que l ue soit des collabos et les defendent cest logique aussi

  • M5845659 le dimanche 2 juin 2013 à 09:55

    Enfin un politique qui dit ce que pense le peuple Français et le parlement Européen va la sanctionner.Nous les Français laïques nous avons intéret a ne pas se laisser faire sinon les religions vont vouloir gérer le pays si ce n'est pas déjà le cas et ne deviendrons un Israëlou Liban N°2.Réagissons rapidement.