Le Parlement européen contre l'interdiction de la pêche profonde

le
1
LE PARLEMENT EUROPÉEN CONTRE L'INTERDICTION DE LA PÊCHE EN EAUX PROFONDES
LE PARLEMENT EUROPÉEN CONTRE L'INTERDICTION DE LA PÊCHE EN EAUX PROFONDES

STRASBOURG (Reuters) - Le Parlement européen s'est prononcé mardi contre une interdiction de la pêche en eaux profondes pour les navires utilisant des chaluts ou des filets maillants de fond tout en prônant une réglementation accrue.

Ces techniques sont accusées par leurs détracteurs de détruire des écosystèmes marins fragiles tels que les bancs de corail et d'épuiser la ressource halieutique en capturant, sans discrimination, des espèces de poissons à croissance et à reproduction lente.

Les eurodéputés ont repoussé la proposition d'interdiction formulée par la Commission européenne mais se sont prononcés pour un contrôle accru des licences de pêche en eaux profonde qui ne seraient plus accordées pour les zones définies scientifiquement comme fragiles.

Ils ont inclus une clause de révision par laquelle la Commission européenne devrait réévaluer la situation d'ici quatre ans, avec la possibilité d'interdire alors les méthodes les plus destructrices.

Le dossier doit maintenant être examiné par les gouvernements européens qui ne se sont pas encore exprimés sur le sujet.

Selon la Commission européenne, la pêche en eaux profondes ne représente que 1% (34.334 tonnes en 2008) des prises totales dans l'Atlantique du nord-est, la zone de pêche concernée.

"17% des navires sont affectés (par la proposition), ce qui ne veut pas dire qu'ils doivent rester au port, mais qu'ils doivent changer de technique de pêche", a plaidé lundi soir la commissaire européenne à la pêche, Maria Damanaki.

Les flottes concernées sont principalement celles de l'Espagne, du Portugal et de la France, qui comptabilise neuf bateaux spécialisés dans cette activité sur un total de onze dans l'Union européenne, selon l'eurodéputé vert Jean-Paul Besset.

Les autorités françaises estimaient, en 2010, que 180 emplois et 200 poissonneries spécialisées étaient liés à la pêche en eau profonde, une activité principalement représentée à Boulogne-sur-Mer, Lorient, Concarneau et Le Guilvinec.

"La proposition aura une incidence très limitée mais plus sensible au niveau local", concluait la Commission européenne dans un mémorandum publié l'an dernier.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • slivo le mardi 10 déc 2013 à 13:32

    M. , MME. PLACE et DUFLOT sont demandés au téléphone... Quelqu'un les a vus ?