Le parlement de Tripoli se retire des négociations libyennes

le
0

TRIPOLI, 21 janvier (Reuters) - Le parlement formé par les miliciens qui se sont emparés de Tripoli et d'une partie de la Libye a annoncé mercredi son retrait des négociations de paix sous l'égide de l'Onu en se disant la cible de nouvelles violences de la part des autorités reconnues par la communauté internationale. Le Congrès général national (CGN), concurrent du parlement légitimement élu qui a trouvé refuge à Tobrouk, dans l'est du pays, ne participera plus à aucuns pourparlers sur le sol libyen ou à l'étranger, a déclaré son porte-parole, Omar Hmeidan. Pour justifier cette décision, il a invoqué une opération militaire lancée par les forces du gouvernement reconnu par la communauté internationale contre la branche de Benghazi de la banque centrale libyenne, ainsi que d'autres violences. Le CGN, qui n'a pas participé aux négociations menées la semaine dernière à Genève, avait annoncé dimanche qu'il ne rejoindrait le processus initié par les Nations unies que si celui-ci se poursuivait sur le sol libyen. Il avait proposé que les prochaines discussions aient lieu dans l'oasis de Ghat, dans le sud-ouest du pays. ID:nL6N0UX0PC (Feras Bosalum et Ahmed Elumami; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant