Le parking gratuit, argument des offres d'autopartage pendant les vacances

le
0
Drivy Parking permet aux propriétaires de voitures de rentabiliser leur véhicule, mais aussi de bénéficier d'une place de parking gratuite. (Apple)
Drivy Parking permet aux propriétaires de voitures de rentabiliser leur véhicule, mais aussi de bénéficier d'une place de parking gratuite. (Apple)

(AFP) - Les nouvelles mobilités au secours de l'immobilité forcée : plusieurs sociétés proposent le parking gratuit outre une rémunération à ceux qui accepteraient de laisser leur voiture en autopartage pendant l'été. Une façon d'accroître leur offre et de gagner des parts de marché.

Les start-ups Drivy, Travelercar, Carnomise, Tripndrive, entre autres, se disputent un gâteau auquel s'intéresse aussi la SNCF, aidés par l'explosion des applications mobiles... et la fin du stationnement gratuit dans les rues de Paris en août, décidée par la municipalité.

"Le stationnement payant à Paris est forcément une incitation assez forte" à partager sa voiture, explique à l'AFP Paulin Dementhon, fondateur et PDG de Drivy, société qui revendique la première place de la location de voitures entre particuliers en France.

Elle vient de lancer pour l'été un service baptisé Drivy Parking qui permet aux propriétaires de voitures de rentabiliser leur véhicule inutilisé pendant leur absence mais aussi de bénéficier d'une place de parking gratuite, un service pour l'instant limité à Paris mais qui a vocation à s'étendre.

"C'est une sorte de service de conciergerie dans lequel les gens déposent leur voiture et leurs clés dans un parking pas trop loin de chez eux, et on s'occupe de tout à la place des propriétaires", développe M. Dementhon. La voiture est ensuite proposée à la location sur le site internet de la société.

Dans Paris, une place souterraine peut coûter plus de 250 euros par mois. L'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle propose de son côté un forfait de 230 euros pour "26 à 30 jours" à condition de réserver à l'avance.

Selon un sondage réalisé fin mai pour la société de locations entre voyageurs Tripndrive auprès de 1007 personnes, 63% affirment que "le stationnement pose un problème" pendant la période des vacances, en particulier à cause des tarifs.

Tripndrive, présent à l'heure actuelle dans près de 20 aéroports et gares en France, offre comme Drivy Parking et une autre société concurrente, Travelercar, un stationnement gratuit aux voyageurs garant leur voiture, plus un revenu garanti selon l'utilisation de celle-ci.

 
Tarifs inférieurs de 50%

Les locataires y trouvent également leur compte: les tarifs sont inférieurs de 50% en moyenne à ceux de loueurs traditionnels, voire davantage, selon Lotfi Louez, l'un des dirigeants de Travelercar.

M. Louez estime à 50.000 le parc de véhicules à louer entre particuliers dans l'Hexagone, un chiffre encore modeste mais en pleine expansion. Pour lui, "27% des Français veulent bien louer leur voiture, mais avant de passer à l'acte, il faut lever des freins".

En moyenne, les voitures ne circulent que 5% du temps et passent donc le reste garées, expliquait récemment à l'AFP Bertrand Barthélemy, PDG de la société Parkeon, numéro un mondial des horodateurs.

"Les mentalités ont changé, on est dans une société d'optimisation, et on va de même faire fructifier ses valeurs dormantes (...) et avec cet argent, partir aussi en vacances", souligne Jean-Pierre Nadir, PDG du portail easyvoyage.com.

Pour rassurer, Travelercar "offre l'assurance tous risques, l'assistance gratuite et la voiture de remplacement". La société s'attache aussi à faire un état des lieux scrupuleux des véhicules avant et après location, et refuse les voitures de plus de 10 ans et 200.000 km, explique M. Louez.

Selon lui, les parkings y trouvent aussi leur compte, avec une rotation accrue. "Des voitures qui restent un mois sur la même place, ce n'est pas le business le plus rentable".

La SNCF, qui dit son ambition de devenir un "intégrateur de mobilité", vient d'effectuer une entrée remarquée dans le monde de l'autopartage en prenant 75% de OuiCar, le principal concurrent de Drivy, et en promettant d'investir 28 millions d'euros pour le développer.

"Il faut savoir que 30 à 40% des locations de voitures se font en gare ou en aéroport", a souligné Marion Carrette, PDG et fondatrice de OuiCar. Selon elle, les parkings gérés par la filiale Effia de la SNCF seront "au coeur de notre système". Quant à une offre de gratuité de stationnement intégrée dans l'autopartage, "je confirme que c'est un axe" sur lequel nous travaillons, a-t-elle indiqué.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant