Le Parisien a testé. Lego Star Wars, « Le Réveil de la Force » : sabres lasers et fun

le
0
Le Parisien a testé. Lego Star Wars, « Le Réveil de la Force » : sabres lasers et fun
Le Parisien a testé. Lego Star Wars, « Le Réveil de la Force » : sabres lasers et fun

La version revisitée en version Lego de l'épisode VII de Star Wars a débarqué durant l'été sur les consoles portables, celles de salon et sur PC. Un jeu complet et abouti dans lequel les petits bonhommes jaunes apportent une touche d’humour à l’univers de Chewbacca, Rey et Finn.

Rien d’innovant par rapport aux autres jeux Lego, mais un vrai plaisir de naviguer dans l’univers du « Réveil de la Force ». Surtout que ce jeu d’action permet d’alterner phases de tirs, de plateforme ou encore de pilotage de vaisseau. Idéal pour les fans qui voudraient démarrer la rentrée en douceur.

On a aimé

L’esprit Lego. Comme à son habitude, Lego sait revisiter une grande franchise pour lui apporter sa touche d’humour. Le mix avec l’univers de Star Wars est réussi grâce à un bon dosage entre une ambiance décalée et celle propre au jeu.

  

La durée de vie. Phase de plateformes, construction, pilotage de vaisseau ou d’engins au sol, séances de tirs avec la possibilité d’incarner plusieurs personnages et de rejouer des niveaux avec de nouveaux protagonistes… Lego Star Wars offre pléthore de possibilité pour vous occuper. Le jeu s’offre même le luxe de ne pas débuter sur Jakku, théâtre du début du «Réveil de la Force», mais sur Endor où se termine «le Retour du Jedi». Avec en prime, un duel face à l’Empereur.

VIDEO. Les phases de tirs

 

 

On a moins aimé

Peu de nouveautés. On ne change pas une formule qui gagne. Lego Star Wars reprend donc largement ce qui a fait le succès des jeux précédents. Rien de bien innovant si vous avez donc déjà tâté les précédents jeux Lego, hormis deux ou trois nouveautés.

Toujours les mêmes bugs. Très rapidement, on retrouve les mêmes petits problèmes que dans les autres jeux Lego. Ne vous étonnez donc pas de retrouver votre personnage coincé dans des éléments du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant