Le Parisien a testé. La planche à dessin Slate d'iskn encore plus connectée

le , mis à jour le
0

Elle a le charme désuet des «écrans magiques» des années 70, où les gribouillis pouvaient s'effacer d'un simple tour de bouton. Mais sa technologie, qui fait l'objet d'une vingtaine de brevets, est d'un tout autre niveau d'innovation.

 

La «Slate 2», lancée en octobre dernier par iskn, une start-up grenobloise spécialisée dans l'utilisation des champs magnétiques, fonctionne sur le même principe que sa grande soeur, mise sur le marché en 2015 : concilier les sensations du dessin sur papier aux avantages du digital, contrairement aux tablettes graphiques où le «stylet» est roi et le papier, bon à jeter. Plus précise que la première version, la Slate 2 est aussi plus connectée. En plus de l'iPad, elle s'adapte désormais aussi aux Mac, PC (et bientôt aux appareils sous Android). 

 

VIDEO. Comment fonctionne la Slate d'iskn ? 

 

Test réalisé sur MacBook Air.

 

On a aimé 

 

L'instantanéité des traits retranscrits en temps réel. C'est l'effet le plus séduisant - et tout l'intérêt - de cette planche à dessin numérique. Pouvoir tracer au crayon, au stylo à bille, ou autre craie grasse un trait sur le papier, qui est fixé à l'ardoise, et le voir simultanément s'inscrire sur l'écran grâce à une application (Imagink), une connexion Bluetooth ou un câble Usb. Une simple bague magnétique, une fois attachée, suffit à transformer n'importe quel crayon ou stylo en outil intelligent.

 

 

La variété des outils disponibles. Côté écran, une large palettes d'outils graphiques permet de combler les lacunes du réel. J'ai égaré mon marqueur rouge ? Pas de panique, je peux toujours cliquer, dans l'application Imagink (à télécharger avant le début de l'expérience) sur l'onglet «marqueur» et choisir ma couleur rouge comme avec n'importe quelle application de type Paint. Feutre, marqueur, aérosol, craie ou d'autres outils graphiques font partie des options qui s'offrent à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant