Le Paris FC condamné aux nuls ?

le
0
Le Paris FC condamné aux nuls ?
Le Paris FC condamné aux nuls ?

Promu en Ligue 2 à l'issue de la saison dernière, le Paris FC s'est donné les moyens de ses ambitions avec un recrutement estival clinquant - Nicolas Fauvergue, Romain Grange, Alexis Thébaux S'il parvient à ne pas perdre, le club du Sud de la capitale ne gagne pas non plus. Résultat : des nuls toutes les semaines. C'est grave docteur ?

Régis Brouard - Denis Renaud, deux noms qui ont marqué l'histoire moderne de la Coupe de France. Avant de devenir coach des Chamois niortais, le premier s'est révélé au grand jour en emmenant l'US Quevilly aux sommets de la prestigieuse Coupe : jusqu'en demi-finale en 2010, puis en finale deux ans plus tard. Le second, nouvel entraîneur du PFC, est l'homme qui a hissé en 2008 l'USJA Carquefou en quart de finale de la compétition, après avoir éliminé l'Olympique de Marseille. Vendredi dernier, les deux hommes se retrouvaient face-à-face à Charléty pour la rencontre Paris FC - Niort, lors de la 12e journée de Ligue 2. Avec le sourire. " Alors, on va faire match nul ?", a lancé Régis Brouard à son homologue parisien. Dans le mille, les deux équipes ont partagé les points (1-1). Une habitude pour les Chamois (déjà sept nuls au compteur), une vraie addiction pour les joueurs de la capitale !

" Les statistiques sont troublantes "


Une victoire, une défaite et dix matchs nuls : c'est le bilan du PFC au tiers du championnat de Ligue 2. Des 0-0, un peu (trois), des 1-1, beaucoup (sept). En Europe occidentale, seule l'Arminia Bielefeld (D2 allemande) et l'ASV Geel (D2 belge) se rapprochent de ce " syndrome du nul " avec un 9/12. De promu ambitieux (objectif Ligue 1 à l'horizon 2019) longtemps invaincu, le club parisien est devenu une équipe en panne de victoires, qui pointe à la 15e place à cinq points de Sochaux, premier relégable. " Les statistiques sont troublantes, c'est vrai. J'ai un goût amer, confie Denis Renaud. ( ) Est-ce qu'on est à notre place ? J'ai l'habitude de dire qu'on a le classement qu'on mérite", coupe le coach. Mais le successeur de Christophe Taine a des regrets : " Les matchs à Sochaux et devant Niort auraient pu basculer de notre côté. " Chez les Doubistes (1-1), c'est un ancien de la maison, Karl Toko-Ekambi, qui a égalisé. Face à Niort, Paris, privé de plusieurs cartouches offensives (Nicolas Fauvergue, Khaled Ayari et Rodrigue Bongongui), a réussi à prendre l'avantage tardivement avant de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant