Le pari de Rohani : réformer sans rompre avec le système iranien

le
0
DÉCRYPTAGE - Le guide suprême Ali Khameneï a peu de raisons de pavoiser. La large victoire du réformateur Rohani est un désaveu pour lui et les gardiens de la révolution. La majorité des Iraniens souhaitent plus que jamais un changement.

De notre envoyé spécial à Téhéran,

«Rohani! Rohani!», scandaient la nuit dernière des milliers d'Iraniens descendus dans les rues de Téhéran pour fêter la victoire à la surprise générale de leur candidat, le réformateur Hassan Rohani.

La théocratie iranienne a redoré une partie de son blason. Quatre ans après la mascarade électorale qui avait vu les Iraniens dépouillés de leur vote en faveur du réformateur Hussein Moussavi, cette fois, la voix du peuple a été entendue. Le régime - c'est-à-dire le guide suprême Ali Khameneï - n'a pas voulu maquiller les résultats. Certes, des candidats dérangeants avaient été écartés de ce scrutin - comme l'ancien président Hashémi Rafsandjani - mais le vote n'a pas été v...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant