Le pari compliqué de François Fillon

le
0
Le pari compliqué de François Fillon
Le pari compliqué de François Fillon

Après un été studieux consacré à la rédaction d'un livre annoncé pour la fin de l'année, François Fillon réunit ses troupes aujourd'hui sur ses terres sarthoises, dans le cadre cistercien de l'abbaye de Rouez-en-Champagne. Objectif : ne pas se laisser distancer à droite après l'annonce faite par Alain Juppé, il y a une semaine, qu'il serait candidat à la primaire de 2016, et surtout le retour programmé de Nicolas Sarkozy. Deux personnalités qui le devancent aujourd'hui nettement auprès des électeurs de droite dans les sondages.

« Il trace son sillon, il est serein. Les autres lui importent peu », jure pourtant son entourage, employant la métaphore sportive : « C'est comme en athlétisme ou en natation, chacun dans son couloir, on ne regarde pas ce qui se passe à côté, et que le meilleur gagne ! » Il n'empêche, pour le député de Paris, pas question de rater cette rentrée. Et s'il n'a toujours pas prévu de renouer avec l'ancien président de la République, il se dit convaincu que l'entrée du maire de Bordeaux dans la bataille de la primaire est plutôt une bonne chose.

Un timing politique parfait

« Comme lui, Juppé est favorable à une primaire ouverte au centre. C'est un atout, car le camp Sarkozy y est en revanche opposé », assure un filloniste. « Avec Alain, on se parle. On peut avoir des divergences d'opinion, mais c'est un type bien. Pas un voyou, pas un tordu, pas un gredin », nous confiait même Fillon avant l'été. Et à en croire ses proches, le timing politique de ces dernières quarante-huit heures serait même parfait : « Hollande et Valls viennent lui servir sa rentrée sur un plateau d'argent ! se vante le filloniste Jérôme Chartier. Cela fait des mois qu'il dénonce l'incapacité et l'instabilité de la majorité gouvernementale. Les faits qui viennent de se produire lui donnent plus que jamais raison. »

Ce matin, lors de son discours, l'ancien Premier ministre entend donc se placer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant