Le paradoxe Robert Lewandowski.

le
0
Le paradoxe Robert Lewandowski.
Le paradoxe Robert Lewandowski.

Buteur-star de la Bundesliga depuis quelques années, Robert Lewandowski ne brille pas avec la même intensité en équipe nationale polonaise. Rarement décisif, surtout depuis l'Euro 2012, le capitaine par intérim a essuyé son lot de critiques depuis deux ans. Samedi soir, alors que la Pologne reçoit chez lui, à Varsovie, le pays qui a fait de lui une référence, tous les regards seront braqués sur lui.

« Robert Lewandowski est un des meilleurs attaquants au monde. » Cette phrase, somme toute banale, a été prononcée par à peu près toutes les personnalités du monde du football durant ces trois dernières années. Le dernier à l'avoir affirmé n'est autre que Manuel Neuer, mercredi dernier en conférence de presse, en amont de la rencontre Pologne/Allemagne. « Nous devons être très prudents » a-t-il même ajouté. De prime abord, rien ne cloche dans les paroles du Bavarois. Lewandowski est un buteur prolifique. Son jeu n'a cessé de s'étoffer depuis deux ans. C'est tout simplement un des meilleurs joueurs de Bundesliga et même du monde. Mais si les mots « un des meilleurs attaquants » et « Robert Lewandowski » semblent aller de pair lorsqu'on évoque la carrière en club du Polonais, ils ne semblent pas vraiment faire bon ménage lorsque le buteur enfile le maillot blanc et rouge de sa Pologne natale. À tel point que son rendement en équipe nationale est devenu le sujet de conversation privilégié des footeux polonais. « C'est tout simplement devenu un sujet très sensible, ici en Pologne », résume Maciej Slominski, rédacteur pour le site polonais Slowfoot.
Des statistiques en trompe-l'œil
Depuis sa première sélection en 2008, à seulement 20 ans, Lewandowski a inscrit 23 buts. 23 buts pour 62 capes, on pourrait parler d'un bilan statistique correct. Le problème n'est donc pas le rendement à proprement parler du nouvel attaquant du Bayern, mais plutôt son impact sur l'équipe. Depuis l'Euro 2012, c'est-à-dire depuis qu'il est devenu une référence à son poste, Lewandowski n'a inscrit que 8 buts dont 4 contre Gibraltar en septembre dernier. Lors des qualifications pour le Mondial brésilien, alors que la Pologne avait pour ambition d'accrocher au moins les barrages, il n'a inscrit que 3 buts dont 2 sur penalties face à... Saint-Marin. Son seul but dans le cours du jeu a eu lieu contre le Monténégro à Varsovie. Très critiqué à cette époque-là, il avait célébré son but face à la tribune de presse en plaçant son doigt sur sa bouche. Samir Nasri style.

Une célébration qui a évidemment déplu en Pologne, d'une part parce que les excentricités de ce genre ne sont pas vraiment appréciées, mais aussi parce que marquer contre le Monténégro, lorsqu'on s'appelle Robert Lewandowski, ne devrait pas constituer en soi un exploit....



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant