Le paradoxe bordelais

le
0
Le paradoxe bordelais
Le paradoxe bordelais

L'espoir aura été de courte durée. Après avoir titillé l'appétit des supporters en recrutant Guillaume Hoarau, qui s'était perdu en Chine, les Girondins de Bordeaux ont envoyé un message contraire à leurs fans en acceptant le départ d'un titulaire incontournable avec Ludovic Obraniak. L'international polonais va en effet s'engager ce vendredi au Werder Brême pour trois ans et demi. Dans l'affaire, les dirigeants vont faire une belle plus-value (environ un million d'euros) mais perdent du crédit sportivement. Car si l'ancien Lillois était moins bien depuis quelques semaines, il restait comme l'un des meilleurs techniciens de l'équipe. Et son bilan statistique reste plutôt positif depuis son arrivée en Gironde. Avec 16 buts et 10 passes décisives en 91 matchs sous le maillot marine et blanc, Obraniak était l'un des pions essentiels du dispositif de Francis Gillot. Avec lui, Bordeaux affichait 44% de victoires contre 27% sans sa présence dans le onze de départ. Son départ fait donc penser à l'épisode Jaroslav Plasil, parti aux dernières lueurs du Mercato d'été 2013.

La construction du nouveau stade pèse lourd dans la balance

Mais Bordeaux fait aujourd'hui face aux réalités du marché. Economiquement, le club s'est basé sur une gestion saine et l'apport non négligeable de M6 lui permet de rester viable. Les menaces de Nicolas de Tavernost (patron de l'actionnaire majoritaire des Girondins sur un possible désengagement, en raison notamment de l'instauration de la taxe à 75%, sont bien réelles. Les dirigeants pensent donc à l'avenir. Et l'avenir, c'est avant tout le nouveau stade des Girondins, livrable en avril 2015. Le poids du coût de construction (173 millions d'euros), réparti entre le club et M6 (85 M?), l'Etat (28 M?), la ville (17 M?), le Conseil régional (15 M?) et la Communauté urbaine de Bordeaux (15 M?), pèse lourd dans le contexte économique actuel. L'arrivée d'un investisseur étranger a d'ailleurs plusieurs fois été évoquée pour gonfler le capital du club. Depuis le titre acquis en 2009, Bordeaux vit une période de déclin sportif et économique. Les signaux envoyés lors de ce Mercato ne sont pas de nature à espérer un retour au premier plan?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant