Le parachutage de Royal coince à La Rochelle

le
0
La présidente de la région Poitou-Charentes vise cette circonscription pour faire son retour à l'Assemblée. Elle devra composer avec le premier secrétaire du PS de Charente-Maritime qui brigue lui aussi la succession du député-maire Maxime Bono.

Ségolène Royal l'a clairement fait savoir lundi: elle se verrait bien à la présidence de l'Assemblée nationale en cas de victoire de la gauche aux législatives de 2012. D'après elle, François Hollande comme Martine Aubry lui auraient «ouvert la perspective» du perchoir après sa cuisante défaite à la primaire du parti. Pour briguer ce poste, il faut toutefois que la présidente de la région Poitou-Charentes se fasse élire quelque part. Elle avait en effet cédé en 2007 son siège de la circonscription des Deux-Sèvres à Delphine Batho, l'un de ses plus fidèles soutiens, et se refuse à lui reprendre.

La présidente de région cible la circonscription de La Rochelle. L'actuel député-maire de la ville, Maxime Bono, ne souhaite pas se présenter aux législatives de 2012 et semble favorable à cette candidature. «J'entends que (Ségolène Royal) serait amenée à jouer un rôle important dans la République. Si ce rôle se jouait dans notre circonscription, qui s'en p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant