Le paquet de cigarettes neutre adopté par les députés

le
0

L'Assemblée nationale a voté ce vendredi la principale mesure anti-tabac du projet de loi Santé. À partir de mai 2016, les paquets de cigarettes auront tous les mêmes taille et couleur, sans logo permettant de les distinguer.

Fumer tue. C'est avec ce mot d'ordre en tête que les députés ont voté vendredi la principale mesure du projet de loi Santé contre le tabagisme: le paquet de cigarettes neutre. Il arrivera en France à partir de mai 2016. Concrètement, tous les emballages de paquets de cigarettes auront donc la même taille et la même couleur. Les marques seront inscrites - en petit- dans une typographie standard: police, taille et caractères seront les mêmes quelle que soit la marque. Aucun logo ni signe distinctif ne sera apposé sur les paquets. Les messages sanitaires et les images choc occuperont 65% de la surface du paquet.

L'objectif est de rendre le produit moins attirant auprès des fumeurs et particulièrement des plus jeunes. C'est dans la même optique que le gouvernement souhaite également restreindre le vapotage, c'est-à-dire l'utilisation des cigarettes électroniques, tout comme les publicités pour ces produits. Ces dernières années, le nombre de fumeurs en France a très peu baissé: de 29,1% en 2010, le taux de Français adeptes de la cigarette n'est passé qu'à 28,2% en 2014. De quoi inciter Marisol Touraine à lancer un vaste plan de lutte anti-tabac.

Les buralistes et les fabricants toujours mobilisés

Si les associations de lutte contre le tabac se réjouissent de l'arrivée du paquet neutre, il ne fait pas l'unanimité. Certains regrettent que le gouvernement ait renoncé à une hausse des prix, qui reste la mesure la plus efficace pour inciter les fumeurs à arrêter. De l'autre côté, buralistes et fabricants montent au créneau. Les premiers ont dénoncé «une mesure inefficace et dégradante» dont ils craignent qu'elle instaure une concurrence inégale entre la France et ses voisins. Après l'adoption du paquet neutre, ils s'accrochent à l'espoir du plan présenté par une vingtaine de députés pour leur venir en aide, à commencer par le renforcement de la traçabilité des paquets et la lutte contre le commerce illégal.

Les seconds envisagent des actions sur le plan juridique et comptent bien mettre l'État face à ses contradictions: combattre le tabac d'un côté quand cela lui rapporte gros de l'autre. C'est ainsi qu'ils prévoient d'entamer un recours devant le Conseil d'État et de saisir à la fois le Conseil constitutionnel et la Cour de justice européenne en arguant que l'État viole leurs droits de propriété intellectuelle et de détention d'une marque. Ils espèrent ainsi obtenir des indemnités d'expropriation d'un montant cumulé de 20 milliards d'euros.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant