Le pape veut des mesures urgentes sur le dérèglement climatique

le
0

(Actualisé avec déclarations, contexte) par Philip Pullella et Jeff Mason WASHINGTON, 23 septembre (Reuters) - Le pape François a exhorté mercredi Washington à prendre des mesures urgentes pour lutter contre le dérèglement climatique et a évoqué des questions politiquement clivantes comme l'immigration et les inégalités sociales, au début de la première visite aux Etats-Unis de son pontificat. Dans un discours prononcé en anglais dans les jardins de la Maison blanche, en présence de 15.000 personnes, le souverain pontife a loué les efforts du président Barack Obama pour combattre la pollution atmosphérique. "Il est évident que la question du changement climatique ne peut plus être laissée aux générations futures. (...) Nous sommes à un moment crucial de l'histoire", a déclaré le pape. Ces propos faisaient écho à l'encyclique "Laudato Si" publiée en juin par le pape François dans laquelle il apportait son soutien aux scientifiques qui affirment que le réchauffement de la planète est principalement imputable aux activités humaines et que les pays développés ont une responsabilité particulière pour mettre fin à cette tendance qui affectera surtout les pauvres. ID:nL5N0Z333T Son hôte, Barack Obama, lui a répondu qu'il partageait ses préoccupations environnementales. "Saint-Père, vous nous rappelez que nous avons l'obligation sacrée de protéger notre planète, ce don magnifique que Dieu nous a fait. Nous appuyons votre appel à tous les dirigeants de la planète pour qu'ils soutiennent les communautés les plus vulnérables au changement climatique et qu'ils se réunissent pour préserver notre monde précieux pour les futures générations", a dit le président américain. UN DISCOURS DEVANT LE CONGRÈS Les deux hommes ont eu ensuite un tête à tête d'une quarantaine de minutes, dont la Maison blanche n'a pas donné la teneur, parlant là d'une rencontre à caractère privé. S'exprimant par la suite devant les évêques américains, le souverain pontife a reconnu que les affaires d'abus sexuels avaient entaché pendant des années la réputation de l'Eglise catholique aux Etats-Unis, et, a-t-il ajouté, de tels "crimes" ne devaient "jamais se reproduire". Mercredi, le pape, qui a 78 ans, devait également canoniser un religieux espagnol du XVIIIe siècle, le frère Junipero Serra, bien que certains fassent valoir qu'il avait réprimé les cultures indiennes en Californie. Jeudi, François sera le tout premier pape à s'exprimer devant le Congrès des Etats-Unis. Le lendemain, il s'adressera à l'Assemblée générale des Nations unies, à New York. Il doit aussi célébrer une messe en plein air à Philadelphie, à laquelle sont attendus 1,5 million de personnes. Ce sera l'occasion pour lui, comme il l'a dit mardi, de "célébrer et soutenir les institutions que sont le mariage et la famille". (avec Susan Heavey et Roberta Rampton; Nicolas Delame et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant