Le pape lance un message de paix devant 40.000 fidèles à Rome

le
0
    CITE DU VATICAN, 25 décembre (Reuters) - Le pape a placé 
dimanche son traditionnel message "urbi et orbi" sous le signe 
de la paix, dans un monde dévasté par la guerre et le 
terrorisme, et d'amour pour les migrants, les réfugiés et les 
personnes frappées par les difficultés économiques.  
    François, qui célébrait son quatrième Noël depuis son 
élection en 2013, a notamment invité Israéliens et Palestiniens 
à avoir "le courage et la détermination d'écrire une nouvelle 
page de l'histoire, où haine et vengeance cèdent la place à la 
volonté de construire ensemble un avenir de compréhension 
réciproque et d'harmonie". 
    "Aujourd'hui, cette annonce parcourt toute la terre et veut 
rejoindre tous les peuples, spécialement ceux qui sont blessés 
par la guerre et par d'âpres conflits et qui éprouvent plus 
vivement le désir de la paix", a déclaré en italien le pape à 
quelque 40.000 fidèles rassemblés place Saint-Pierre à Rome. 
    "Paix à qui a perdu un être cher à cause d'actes atroces de 
terrorisme, qui ont semé peur et mort au coeur de tant de pays 
et de villes", a-t-il poursuivi.  
    Sur la Syrie, le chef de l'Eglise catholique a réclamé 
"qu'assistance et réconfort soient garantis à la population 
civile à bout de forces, en respectant le droit humanitaire". 
    "Il est temps que les armes se taisent définitivement et que 
la communauté internationale s'emploie activement pour qu'on 
arrive à une solution négociée et que se rétablisse le vivre 
ensemble civil dans le pays", a-t-il ajouté.  
    Evoquant le sort des migrants, des réfugiés et des personnes 
frappées par les difficultés économiques et sociales, François a 
lancé un appel à la solidarité.  
    "Paix aux peuples qui souffrent à cause des ambitions 
économiques d'un petit nombre et de l'âpre avidité du dieu 
argent qui conduit à l'esclavage", a-t-il dit.  
    La veille, lors de la messe de minuit, le souverain pontife 
avait déjà critiqué la "prise en otage" de la fête de la 
Nativité par le matérialisme.   
    Le pape argentin a également dénoncé le "terrorisme 
fondamentaliste" de Boko Haram au Nigeria et salué le "courageux 
chemin de dialogue et de réconciliation" après l'accord de paix 
en Colombie, souhaitant que le Venezuela construise lui aussi 
"un avenir d'espérance". 
 
 (Philip Pullella; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant